Le président Alpha Condé réplique à Kumba Yala

« Kumba Yala est opposé à ma médiation parce qu’il sait très bien que je sais que c’est un putschiste», lit-on dans le site africalog. « Indjaï et Kumba Yala se sont mis d’accord pour faire un coup d’Etat », rajoute-t-on. Deux mois et une semaine, c’est la cinglante réplique du président Alpha Condé adressée à Kumba Yala. Cette sortie médiatique intervient à quelques heures de l’ouverture du Sommet de l’Union de la Mano River à Conakry. Tout d’abord, Alpha Condé fait une mise au point :

« En tant que Médiateur, j’ai dit à mes collègues que le problème en Guinée Bissau, ce n’est pas seulement le retour à l’ordre constitutionnel. On peut faire les meilleures élections en Guinée Bissau; mais le véritable problème, c’est l’armée. Tant qu’il y a les anciens combattants de la période de la lutte d’indépendance, tant qu’ils seront dans l’armée, tant qu’on n’aura pas restructuré l’armée, aucun Président ne pourra gouverner. Quand on pense aussi que ce sont ces mêmes militaires qui sont des trafiquants de drogue.. ».

 Et le président Condé, de poursuivre

« Moi, je suis Médiateur, mais je ne suis pas d’accord avec la reconnaissance du pouvoir juridique. On doit laisser le peuple de Guinée Bissau choisir. On ne peut pas accepter que le PAIGC qui est le parti majoritaire soit mis à l’écart ! ».

 Et le Chef de l’Etat d’accuser :

« Kumba Yala est responsable du putsch avec Indjaï [général Antonio Indjaï, le chef d’état-major de l’armée, considéré comme le cerveau du coup d’Etat du 12 avril, NDLR]..Kumba Yala a fait une erreur d’analyse. Il a pensé, comme il y avait trois candidats du PAIGC, qu’il allait gagner. Il ne faut pas oublier que c’est Kumba Yala qui a tout fait pour que les élections soient tenues à la date, dans les deux mois, parce qu’il pensait gagner, puisqu’il y avait trois candidats du PAIGC. Mais c’était un mauvais calcul ! Malgré cela, Carlos Gomes Junior [Premier ministre sortant et candidat du PAIGC, parti au pouvoir, NDLR] est arrivé premier [lors du scrutin, NDLR] ».

Autre justification du Médiateur récusé :

 « N’oubliez pas que Carlos Gomez Junior avait dit que s’il gagne, il allait faire la restructuration de l’armée. Donc, le Général Indjaï savait qu’il allait partir. Indjaï et Kumba Yala se sont mis d’accord pour faire un coup d’Etat

D’où pour Pr. Alpha Condé :

« Evidemment, Kumba Yala est opposé à ma médiation parce qu’il sait très bien que pour moi, je sais que c’est un putschiste».

Face à la solution proposée pour la sortie de la crise en Guinée Bissau, M. Condé est contre:

 « En tant que Médiateur, je ne suis pas d’accord avec la solution qui a été adoptée en Guinée Bissau. La preuve, les Nations-Unies et l’Union européenne condamnent cette solution. Les Nations-Unies ont condamné et l’union Européenne vient d’étendre les sanctions à la plupart des militaires ».

Le 2 avril dernier, le Président Alpha Condé a été désigné à Dakar comme médiateur dans la crise à Bissau, en marge du sommet extraordinaire de la CEDEAO. A peine désigné, Koumbala Yala, candidat à la présidentielle annonçait que « le collectif des cinq candidats qui contestent les résultats du premier tour qu'il juge frauduleux » récusait la médiation guinéenne.

« Nous ne reconnaissons pas Alpha Condé comme quelqu'un de capable de trouver une issue favorable au contentieux électoral du 18 mars », avait-il dit. L’homme au bonnet rouge et leader du Parti de la Rénovation sociale de préciser, par ailleurs: « Nous ne voulons pas de Alpha Condé en Guinée-Bissau, car il est un suspect dans cette crise que traverse la Guinée-Bissau », conclut le site africalog.

source : l'Obs de Guinée/africalog

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir