Amadou Damaro, le Kamikaze du « coup Diarra » remet sa ceinture de grenades de la désintégration

Actualités de Guinée Conakry, Nouvelle république de Guinée, www.nrgui.com

Désintégration de la constitution,

Désintégration nationale,

Désintégration des cervelets

Désintégration inoffensive au moyen de cerfs-volants, jouets pour écervelés !

Lisez :

” IL N’ Y AURA PAS DE TROISIÈME MANDAT. C’EST MEME UN LAPSUS.” SELON AMADOU DAMARO CAMARA, LA CONSTITUTION ACTUELLE LIMITE À DEUX (2), LE NOMBRE DE MANDATS PRÉSIDENTIEL. ET QUE S’IL Y A REVISION CONSTITUTIONNELLE, LE PREMIER MANDAT N’EST LE TROSIÈME MANDAT MAIS LE PREMIER DE LA QUATRIÈME (4) RÉPUBLIQUE. SI LA CONSTITUTION VENAIT À ETRE REVISÉE, LES CANDIDATURES SERONT OUVERTES À TOUS CEUX ET TOUTES CELLES QUI REMPLISSENT LES CONDITIONS DÉFINIES À CET EFFET Y COMPRIS LE PRÉSIDENT SORTANT, ALPHA CONDÉ.

Courte réponse pour esprit court

J’ai déjà écrit que la constitution que dis-je le peuple a verrouillé tout recours à la constitution pour modifier la constitution : porte, volets, fenêtres, fermés, anti-vols incassables !

Oui à un troisième mandat avec ou sans carnage ?

Lire : Alpha peut-il obtenir démocratiquement un troisième mandat ? Evidemment oui « si le peuple le décide »

Il faut une révolution, ensuite des états généraux ou une Conférence nationale souveraine, une Constituante, et une nouvelle constitution, pour que « Le peuple d’Alpha » puisse l’installer LEGITIMEMENT, et par suite LEGALEMENT, voire dans la sérénité ! Mais, il y a deux si : Si et seulement Si le « PEUPLE D‘ALPHA ne rencontre pas un AUTRE PEUPLE. Ailleurs que cette voie royale, la course pour un troisième mandat s’achève par un chemin de traverse (Shia en arabe qui donne shiisme, astakhfirllah !), cahoteux abîmé par des nids de poules, des dos de chameaux, des fondrières barrés par un nouveau panneau de signalisation du conde la route de Guinée, ce sixième Continent :

Article 154 de la loi fondamentale du 10 mai 2010

La forme républicaine de l'État, le principe de la laïcité, le principe de l'unicité de l'État, le principe de la séparation et de l'équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée des mandats du président de la République ne peuvent faire l'objet d'une révision.

Mon frère Damaro, tu m’as dit un jour, parlant de tes relations avec le président, « je ne suis qu’un petit soldat, je peux voir Alpha quand il m’appelle, et il m’appelle souvent.. »

Pour blaguer (avec) Cellou ou d’autres « petits commis.. » sur les médias de la vox populi, tu es fort, mon cher, mais pas pour parler de droit public, laisse ça !

A part ça Amadou, on est ensemble !

Was-Salam,

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

0
0
0
s2sdefault

Ajouter un Commentaire