Coup de tonnerre/ Le régime Ouattara dans le ravin: Arrestation imminente de Konan Bédié par Alassane Ouattara (Ministre)

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répuboique de Guinée, www.,rgui.com. Le régime Ouattara dans le ravin. Arrestation imminente d'Henri Konan Bédié par Alassane Ouattara (Ministre Kobenan Adjoumani).

Abidjan le 11 juin 2019. Après la sortie du président du PDCI, Henri Konan Bédié, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) à animé ce mardi une conférence de presse.
La confusion est grande dans la guerre totale que se livrent les présidents Alassane Ouattara du RHDP et Henri Konan Bedié du PDCI-RDA, suite à leur divorce et désamour sanglants sur la question du RHDP parti unifié.

Un nouveau palier vient d’être franchi avec l’arrestation imminente d’Henri Konan Bedié par le président Alassane Ouattara, comme devoilé hier par le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (Rhdp) au cours d’une conférence de presse le mardi 11 juin à Abidjan.

Il était en compagnie du ministre Touré Mamadou, porte-parole adjoint du RHDP, et de plusieurs dignitaires du RHDP.

Et les signaux qui militent dans le sens d’une arrestation imminente d’Henri Konan Bédié se multiplient depuis hier avec la conférence de presse du RHDP couplée à la marche des jeunes du RHDP au domicile du président du PDCI-RDA à Abidjan, pour justement demander son arrestation. Des hierarques du régime ont même annoncé qu’il n’y a pas d’âge pour se faire arrêter.

En effet, selon le ministre Adjoumani lors de cette conférence, « les propos de Bédié sont passibles de poursuites judiciaires au regard du code pénal ivoirien », car pour lui « ce que M. Bédié doit savoir, c’est que ses appels à la haine et à la révolte sont constitutifs d’infractions prévues et punies par le code pénal ivoirien ».

Il a ajouté que « le président Bédié tombe sous le coup de l’article 158 alinéa 2 du code pénal qui dispose : “Est puni de l’emprisonnement à vie l’attentat dont le but est (...) d’exciter les citoyens ou les habitants à s’armer contre l’autorité de l’Etat ou à s’armer les uns contre les autres” ».

Il a poursuivi en précisant que « la gravité des propos décriés exige une insistance sur la dénonciation et surtout sur la sensibilisation des populations ivoiriennes, afin que celles-ci ne tombent pas dans le piège du repli ethnique et du repli tribal

Selon le porte-parole du Rhdp, le président Bédié ne pose pas clairement les problèmes cités ci-dessus mais, « appelle sans aucune fioriture, à la haine et à la révolte populaire contre les étrangers au motif que ces derniers qu’il assimile à des “envahisseurs”, seraient en train d’opérer un “hold-up” sur la Côte d’Ivoire, en pillant ses richesses minières, à travers l’orpaillage clandestin, en s’accaparant toutes les terres et en menant une fraude à grande échelle sur la nationalité ».

Dans la même journée d’hier, au moment où le porte-parole principal du Rhdp, Kobénan Kouassi Adjoumani, animait sa conférence de presse, à l’Hôtel du Golf, des jeunes se sont déportés, par dizaines, devant la résidence du président du Pdci-Rda sise à Cocody-Les Ambassades. « Awassa Abdoul (en chemise bleue), membre du Rhdp, convie des jeunes au domicile du président Bédié à Cocody. Ils sont présentement au carrefour du Lycée moderne de Cocody, non loin du président Bédié » lisait-on sur les réseaux sociaux, dans l’après-midi.

Quelques minutes après, les manifestants ont gagné le domicile du président du Pdci-Rda. Beaucoup d’entre eux portaient des tee-shirts rouges. Le meneur des manifestants, Awassa Abdul, tenait un sceau contenant du sang rouge vif qu’il a déversé le long de la clôture du président. Ambiance !

Pour rappel, les propos du président Bédié la semaine dernière sur l’orpaillage clandestin, la fraude sur l’identité et les conflits communautaires, lui ont valu le recadrage du gouvernement par une sortie musclée du porte-parole du gouvernement qui a condamné la sortie du président du Pdci-Rda.

La réaction du PDCI-RDA ne s’est pas faite attendre par la voix de son secrétaire exécutif chargé de la Communication, le Ministre Jean Louis Billon, denoncant des propos sortis de leur contexte pour salir l’image de Bédié, et apportant les preuves de toutes les affirmations du président du PDCI.
Nous y reviendrons.

Ivoirebusiness

0
0
0
s2sdefault

Alpha Condé aura-t-il le soutien de la France ?

Actualités Guinée Conakry. Nouvelle République, www.nrgui.com La question mérite d’être posée. Alors que les contestations contre les velléités de réforme constitutionnelle ne faiblissent pas, la France affiche encore une réaction très prudente sur le pourrissement en cours de la situation en Guinée.
Auditionné mardi par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale française, Jean Ives Le Drian a adopté un langage plus diplomatique pour évoquer les velléités de réforme de la Constitution en Guinée Conakry, selon Rfi.
« Sur la Guinée, oui je sais, mais je suis en séance publique donc je ne peux que constater comme vous une situation qui peut être préoccupante », a indiqué le ministre des affaires étrangères de la France.
Pourtant cette réforme constitutionnelle en projet pourrait permettre au président Condé de se maintenir au pouvoir, ce qu’interdit l’actuelle Constitution.
Mais le dirigeant guinéen a été fragilisé par une défection de taille. Son ministre de la Justice, deuxième personnalité du Gouvernement a démissionné. Raison principale invoqué par Cheick Sako, son opposition au projet de modification ou de changement de la constitution.
A suivre...

0
0
0
s2sdefault

RECEVANT ALPHA CONDÉ AU PALAIS: Ouattara fait une importante annonce

Actuamités de Guinée Conakry. Nouvelle Républiwue de Guiné, www.nrgui.com Alassane Ouattara et Alpha Condé ont échangé sur des sujets d'intérêt commun.
Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a laissé fuiter une information capitale concernant une probable révision prochaine de la Constitution du 8 novembre 2016.

Recevant le président Alpha Condé au palais de la présidence de la République, jeudi 25 avril 2019, au Plateau, le chef de l'État ivoirien a annoncé qu'il prévoit de modifier la Constitution. Mais le président Ouattara, le disant dans une ambiance de taquinerie, cela a laissé penser qu'il blaguait. Plusieurs journalistes étaient dans le doute que Alassane Ouattara ait annoncé officiellement cette révision. En tout état de cause, le numéro 1 ivoirien l'a déclaré. De fait, à la question d'un journaliste adressée au président guinéen, en visite d'État en Côte d'Ivoire pour trois jours, soit du jeudi 25 au samedi 27 avril 2019, sur une révision constitutionnelle dans son pays et l'éventualité de briguer un troisième mandat, c'est Alassane Ouattara qui a d'abord répondu.

« Y a des questions pour le président ? Pas pour moi... (rires) La question s'adresse à moi, j'imagine... Si c'est moi, oui je vais modifier la Constitution. Voilà, j'ai donné une réponse à votre question... », a annoncé le chef de l'exécutif ivoirien, suscitant des rires dans l'assistance. C'était au petit palais au sein de la présidence.

Mais sur la même question, l'hôte guinéen a été on ne peut plus clair. « Je pense que, pour le moment, il y a un débat en Guinée. Moi je ne peux pas vous dire, c'est un débat et j'observe. Le peuple de Guinée est souverain, personne ne peut l'empêcher de s'exprimer s'il veut s'exprimer. J'ai été élu par le peuple de Guinée, je n'ai de compte à rendre qu'au peuple de Guinée et au peuple africain, je n'ai de compte à rendre à l'extérieur. Je fais ce qui sera la volonté du peuple de Guinée parce que c'est lui qui m'a élu, et le peuple africain, parce que lorsque j'étais en prison, tous les pays africains se sont mobilisés... Ce n'est pas un débat qui m'intéresse, mais je laisse le débat se développer dans le pays... », a déclaré le Pr. Alpha Condé, dont l'avion a atterri vers 15h20 à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët.
Il a été accueilli à sa descente par le président Alassane Ouattara, le Vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, et plusieurs membres du gouvernement. Trois (3) sections de la Garde républicaine (Gr), la musique de la Gr et deux sections de l'École de gendarmerie d'Abidjan, ont rendu les honneurs à l'illustre hôte, quand dans la cour du pavillon présidentiel, attendait une centaine de ressortissants guinéens venus accueillir leur président.

C'est à l'issue d'une entrevue qui a duré environ une heure, que les deux hommes se sont adressé à la presse. Selon le président ivoirien, cette visite était prévue de longue date. Il a exprimé sa grande joie de recevoir cet invité de marque, notant les liens entre la Côte d'Ivoire et la Guinée qui « sont étroits et séculaires ». Alassane Ouattara a salué son homologue « pour les grands succès enregistrés par l'Union africaine (Ua) sous votre impulsion, de même que pour la bonne conduite de la médiation dans les crises sociopolitiques au Togo et en Guinée-Bissau ». Il a indiqué que sous la présidence d'Alpha Condé à l'Ua, l'Afrique a parlé d'une seule voix. « Je vous félicite aussi, monsieur le président, pour les progrès impressionnants réalisés par la Guinée au cours de ces dernières années sous votre leadership », a-t-il affirmé, assurant que leurs échanges ont été « fructueux ». Des échanges qui devraient se poursuivre d'ailleurs dans la soirée. « Nous sommes convenus que nos ministres pourront continuer ces entretiens demain, en vue de nous produire un document précis qui servira de résumé des conclusions de nos entretiens. Les échanges que nous avons eus, a été la volonté de renforcer davantage les relations entre nos deux pays, au regard de nos potentialités économiques et notre volonté commune d'améliorer les conditions de vie de nos populations respectives. Et à cet égard, nous nous sommes accordé sur la nécessité de dynamiser les échanges commerciaux entre la Côte d'Ivoire et la Guinée, car ceci ne reflète pas le potentiel de nos deux pays », a indiqué le président ivoirien. Il a souligné qu'ils ont convenu de l'organisation des assises de la grande commission mixte de coopération ivoiro-guinéenne, qui se tiendra, bientôt, à Abidjan, « en vue d'impulser et de dynamiser les relations bilatérales » entre les deux pays. Selon lui, il s'agit notamment de travailler à l'exploitation des mines du mont Nimba, l'évacuation des minerais de fer de l'ouest sur le port de San Pedro, l'interconnexion ferroviaire des ports de San Pedro et de Conakry pour permettre l'exportation des produits dans les deux sens, l'amélioration des infrastructures ferroviaires et routières reliant les deux pays. Un projet d'interconnexion énergétique entre la Côte d'Ivoire, la Sierra Leone, la Guinée et le Liberia est également prévu.

3000 réfugiés en Guinée

Le chef de l'État ivoirien s'est dit étonné qu'il y ait encore 3000 réfugiés ivoiriens en Guinée. Il a souhaité qu'un retour volontaire se fasse dans les meilleures conditions. « Le rapatriement volontaire des réfugiés ivoiriens. Tout à l'heure, quand je faisais le point avec mes collaborateurs, on m'a indiqué qu'il y avait des réfugiés ivoiriens en Guinée. J'ai dit non ce n'est pas possible. Mais apparemment, il y a à peu près 3000 Ivoiriens qui se sont tellement bien installés en Guinée qu'ils continuent de dire qu'ils sont des réfugiés (rires). Donc, merci de continuer de les accueillir. Mais s'ils veulent rentrer, je suis sûr que vous ferez en sorte qu'ils puissent rentrer dans les meilleures conditions », a recommandé Alassane Ouattara. Non sans évoquer la « persistance du terrorisme, avec la recrudescence des attaques meurtrières dans certains pays de l'Afrique de l'ouest ».
À ce sujet, Alpha Condé, qui est un habitué de la Côte d'Ivoire, s'est dit fier de voir le pays se relever après la guerre post-électorale. Il a salué le dynamisme impulsé par son homologue ivoirien, se félicitant des progrès réalisés. Mais aussi et surtout, Alpha Condé a félicité Alassane Ouattara pour la prise de l'ordonnance d'amnistie, le 6 août 2018. « Le chef de l'État est le père de la nation, tous les enfants sont ses enfants, qu'ils soient de sa mouvance ou de l'opposition. Il est extrêmement important qu'il veille à la concorde et à l'entente nationale. Je sais que ça n'a pas été facile pour vous, parce que beaucoup de vos partisans n'étaient pas d'accord. Mais le rôle d'un président, aussi, ce n'est pas être à ... de l'opinion de ses partisans, mais de ne voir que l'intérêt du pays. Donc, ça a été un acte très courageux. Je vous ai félicité, je vous félicite encore », a-t-il soutenu, admiratif. « Nous souhaitons renforcer nos relations avec la Côte d'Ivoire parce que c'est le même peuple et nous avons les mêmes préoccupations et les mêmes risques... Le point de sécurité est vraiment extrêmement important pour nous, aujourd'hui, parce que cette zone (frontalière) est une poudrière, c'est notre ventre mou. Il est important que nos ministres de la Défense travaillent sérieusement pour éviter les conflits entre les populations qui sont inévitables... », a-t-il indiqué. « Nous devons faire attention au développement du terrorisme... Aujourd'hui, ça descend. C'est facile d'arrêter un Touareg à la frontière quand il veut entrer. Mais quand c'est un Peuhl, un Malinké ou un Mossi, on ne peut pas, d'autant plus que les familles se retrouvent des deux côtés... Aujourd'hui, il est impossible d'arrêter les terroristes parce que nous ne pouvons pas bloquer la frontière. C'est pourquoi, le problème de sécurité devient extrêmement important, la coopération entre nos pays, nos ministres et nos armées, pour sécuriser nos frontières. On ne peut développer nos pays si on doit consacrer l'essentiel du budget à acheter des armes et à protéger les populations », a-t-il tiré la sonnette d'alarme. Avant de prôner la paix et la concorde dans les pays. « J'espère qu'après l'amnistie que vous avez faite, progressivement, la Côte d'Ivoire va retrouver le dialogue pour que les différentes forces puissent se mettre autour d'une table, pour que ce soit un dialogue franc, et que le peuple tranche, parce qu'après tout, c'est la volonté populaire et on doit accepter le verdict du peuple, si on est démocrate. Je souhaite la paix et la concorde, et surtout, je souhaite que le jeu politique en Côte d'Ivoire soit pacifié et que les Ivoiriens se donnent la main, et qu'ils continuent à travailler comme avant », a recommandé Alpha Condé, qui s'est dit favorable pour la création d'une monnaie régionale africaine, parce que, dira-t-il, « le franc Cfa sera dépassé ».

Hervé KPODION

0
0
0
s2sdefault

Maurice Seri Gnoléba, le"parrain" ivoirien de Sidya Touré est décédé, hier

Actualités de Gui,ée Conakry. Nouvelle République de Gui,ée, www.nrgui.com 

Le président de l’Union des forces républicaines (UFR) Sidya Touré est en deuil. Il a perdu hier en Côte d’Ivoire celui-là même qui l’a « introduit » au pays de Houphouët et lui a ouvert son très riche carnet d’adresses. Maurice Seri Gnoléba (sur la photo avec la vice-championne du monde des 60m Murielle Ahoure en 2014 à Abidjan), ancien ministre du plan et du développement et proche collaborateur de l’ancien président ivoirien Félix Houphouët Boigny était le vrai parrain de Sidya Touré.

Homme des finances comme lui, Sidya Touré perd ainsi un baobab dans sa vie. Celui-là même qui l’a présenté au richissime homme d’affaires Mohamed Diané et aussi au président Alassane Ouattara. Maurice Seri, 84 ans, marié à une Guinéenne qui fut un puissant ministre sous Houphouët a été donc beaucoup dans l’ascension de Sidya, souligne notre source.

Pour l’Infodrome, le décès de Maurice Seri Gnoléba est un coup dur, sans aucun doute, pour le Pdci-Rda, mais aussi la grande famille des Houphouëtistes.

« Un peu fatigué par le poids de l’âge, celui que beaucoup appelait affectueusement l’Argentier de l’Etat pour avoir été le premier Trésorier-payeur général sous le père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, avait choisi de se murer dans le silence durant ces dernières années. Ce grand militant du Pdci-Rda ne s’est pas prononcé sur la vie politique nationale de ces temps en raison de son état, qui le contraignait à demeurer en permanence en sa résidence à Abidjan Marcory Zone 4.

Seri Gnoléba aura tourné la page des vivants après de loyaux services rendus à l’Etat. Premier directeur du Trésor national, ministre du Commerce, puis ministre du Plan et de l’Industrie de feu Félix Houphouët-Boigny, ce dernier l’élèvera au rang de ministre d’Etat avant de lui confier la présidence du Conseil économique et social (Ces). L’un des derniers postes publics que le natif de Bebouo, dans le département de Daloa, a occupé avant de se retirer à son domicile où il est resté quasiment reclus.

Grand sportif, le ministre Seri Gnoléba aura préféré l’athlétisme, dont il a été le premier président de la Fédération nationale. D’ailleurs, il restera président d’honneur de cette discipline sportive jusqu’à sa disparition », a écrit le journal en ligne ivoirien sur l’homme qualifié par beaucoup comme le bras financier de nombreux politiques.

Noumoukè

ivoir.net

0
0
0
s2sdefault

Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre

Au Mali, le nouveau Premier ministre, Boubou Cissé, a été nommé, ce lundi 22 avril, a annoncé la présidence par communiqué. Boubou Cissé, ministre sortant de l’Économie et des Finances du président gouvernement, succède ainsi à Soumeylou Boubèye Maïga qui a dû démissionner la semaine dernière, alors qu’une motion de défiance avait été déposée à son encontre à l’Assemblée.

« Il est jeune, apolitique, technocrate, Peul et originaire du centre », confie à RFI, un conseiller à la présidence. Pour lui, pas de doute : Boubou Cissé présente toutes les qualités pour fédérer autour de lui. « Une partie de sa famille est même membre de l’opposition », ajoute-t-il.

Économiste de formation, ancien fonctionnaire de la Banque africaine de développement, ministre des Mines, de l’Industrie et ministre de l’Économie depuis trois ans, Boubou Cissé, âgé de 47 ans, est un homme de dossiers. Son entourage vante sa capacité d’écoute qui lui permettra de rechercher toujours le consensus.

Affable, il sait aussi dire non. Ce fut le cas devant des hommes d’affaires locaux qui après avoir fourni des services à l’Etat ont présenté des factures qualifiées de « salées ».

Une nomination qui ne fait pas l’unanimité

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle République, www.nrgui.com Mais si son sérieux fait l’unanimité, ce n’est pas le cas de sa nomination. « Il n’y a aucun changement. C’est un homme du système, un ami personnel de la famille d’Ibrahim Boubacar Keïta. Il ne pourra pas se démarquer du président », explique Kalilou Ouattara, député de l’opposition, signataire de la motion de défiance.

L’opposition qui regrette de ne pas avoir été consultée avant cette nomination.

Nous avions entamé des pourparlers avec le président, j’ai discuté une bonne demi-heure avec le président. Il ne m’a jamais parlé du Premier ministre, ni de son profil ni de sa nomination prochaine.
Cela grince des dents aussi dans les rangs de la majorité parlementaire, à la manœuvre lors du dépôt de la motion de censure.

En six ans, Ibrahim Boubacar Keïta n’a nommé qu’un seul Premier ministre issu de son parti, le Rassemblement pour le Mali (RPM). Philosophe, son secrétaire général, Baber Gano, affirme qu’il n’est pas déçu par la nomination de Boubou Cissé mais espère que le RPM sera « massivement représenté » dans le nouveau gouvernement dont l’annonce est attendue cette semaine. Boubou Cissé devra former un « gouvernement de large ouverture ».

Pour Mamadou Samaké, chercheur à la faculté des sciences politiques de Bamako, avec cette nomination, IBK fait le choix de la neutralité.Boubou Cissé n’appartient officiellement à aucun parti. Il n’a donc pas d’agenda personnel.

Le choix de Boubou Cissé fait moins de mal dans le contexte actuel vu sa jeunesse et le fait qu’il a le profil d’un technocrate. Il n’a pas d’appartenance politique affichée, connue.
Boubou Cissé sait qu’il n’aura pas quasiment pas d’état de grâce. La grogne sociale est là, la crise scolaire et sécuritaire également. Sur ce dernier volet, on annonce déjà des réajustements stratégiques. L’homme a la confiance du président IBK et c’est en tandem qu’ils travailleront. Dès ce mardi, au cours d’une brève cérémonie, il prendra des mains de son prédécesseur les clés de la primature.

0
0
0
s2sdefault