Urgent : les 6 leaders du FNDC passent la nuit en détention

Arrêtés dans la matinée de ce samedi, 12 octobre 2019, au domicile de monsieur Abdourahmane Sano, à Koloma-Soloprimo, les défenseurs de la constitution guinéenne passeront la nuit en détention, a appris un reporter de Guineematin.com qui est actuellement à la DPJ.

C’est à 20 heures 40 minutes qu’un convoi de la police est sorti de la direction de la police judiciaire où Abdourahmane Sano, Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno, Abdoulaye Oumou Sow, Baïlo Diallo et Bill de Sam étaient détenus toute la journée.

Selon une source judiciaire, l’interrogatoire s’est très mal passé entre les agents de la police et les défenseurs de la Constitution guinéenne. Frustrés par l’illégalité de leur arrestation, ces derniers auraient refusé de répondre aux questions des agents du régime.

Finalement, ils ont été sortis de la DPJ pour un lieu de détention non identifié. Interrogé sur place, un des avocats des défenseurs de la Constitution dit lui également ignorer le lieu où ses clients devraient passer la nuit/

A suivre !

De la DPJ (Kaloum), Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

0
0
0
s2sdefault

DISCOURS COTONNEUX DU PREMIER MINISTRE KASSORY FOFANA SANCTIONNANT LA CLÔTURE DES CONSULTATIONS

REMARQUE:à lire les liens de la synthese de propostions des institutions et structures contactées par le pm kassory fofana, seul le parti presidentiel et ses satellites ont accueilli favovorablement le referendum/nouvelle constitution ou quatrieme republique, les partis poltiquesdu fndc ayant tout simplement decliné cette offre de "dialogue". le pm, du reste, resume toute l'affaire : "Conformément aux principes directeurs que j’annonçais dans ma déclaration à la veille de l’ouverture officielle de ces Consultations, notre démarche a consisté à écouter tout le monde, sans prendre parti ni ouvrir de débats, pour en rendre fidèlement compte à Monsieur le Président de la République".aussi

Dans cette perspective, le dialogue est incontournable. (snb www.nrgui.com)

liens :

  LA SYNTHÈSE DES CONSULTATIONS NATIONALES.

             https://drive.google.com/file/d/1l2z5LrSDN-htuL2yJoxs98rmYPcSe1iW/view

           COMPILATION DES SUPPORTS ÉCRITS.

             https://drive.google.com/file/d/1yWg7scNcjMv9CZsRx3P_ulQPyILVtnnS/view

 

Conakry, le 9 Octobre 2019

Mes Chers Compatriotes,

Je viens de remettre à Son Excellence Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, le rapport des consultations inclusives qu’il m’a fait l’insigne honneur de conduire.

A l’issue de l’exercice que nous venons d’achever, je voudrais réaffirmer ma profonde gratitude au Chef de l’Etat, dont la confiance et le soutien sont une source inépuisable de motivation dans les missions qu’il m’est donné d’accomplir au service de notre pays.

Pendant deux semaines, présidents d’institutions républicaines, leaders politiques, chefs religieux et acteurs de la société civile se sont relayés au siège de la Primature.

Avec enthousiasme et ferveur, ils ont fait entendre leurs voix, partagé leurs opinions et leurs recommandations sur les questions de préoccupation actuelle et sur le devenir de notre pays.

Cette image d’une Guinée capable d’assumer sa diversité d’opinions et sa pluralité politique en toute responsabilité, dans la sérénité et le respect mutuel est celle que nous avons la responsabilité collective de sauvegarder.

C’est le lieu pour moi d’exprimer mes sincères remerciements et mes chaleureuses félicitations à l’endroit de toutes ces forces vives de notre Nation, pour l’esprit patriotique et le sens élevé de responsabilité qu’ils ont éloquemment témoigné, en répondant à notre invitation.

Je me réjouis tout particulièrement d’avoir reçu et écouté des Hommes et des Femmes de toutes les générations, de divers horizons et diverses sensibilités.

Je suis tout aussi heureux d’observer que tous les participants ont témoigné leur attachement à la paix, à la consolidation du tissu social et à l’unité entre les filles et les fils du pays, pour surmonter ensemble les épreuves d’aujourd’hui et relever les défis de demain.

Conformément aux principes directeurs que j’annonçais dans ma déclaration à la veille de l’ouverture officielle de ces Consultations, notre démarche a consisté à écouter tout le monde, sans prendre parti ni ouvrir de débats, pour en rendre fidèlement compte à Monsieur le Président de la République.

Il lui revient à présent, dans la sagesse et la clairvoyance que nous lui connaissons, d’en tirer les conséquences pour le bien de notre pays.

D’ores et déjà, il nous a instruit de partager avec l’opinion nationale et internationale, à travers une publication sur le site officiel du Gouvernement, les avis qui ont été formellement exprimées à la faveur des Consultations.

Je vous invite donc à visiter le site officiel du gouvernement: www.gouvernement.gov.gn.

Il s’agit là d’une démarche de transparence dans la conduite des affaires publiques, qui permettra à tous les acteurs concernés de vérifier si leurs positions ont été fidèlement restituées, et aux citoyens d’être éclairés sur les choix exprimés.

Mes chers compatriotes,

En ayant eu la chance et le privilège d’écouter toutes les composantes de notre pays, la principale leçon que j’en tire est que notre société est en pleine mutation, avec des exigences nouvelles et des attentes plus accrues.

Les Guinéens aspirent à des conditions de vie meilleures mais ils sont désormais vigilants sur la gouvernance et souhaitent être associés dans les processus de prise de décision.

Nos compatriotes attendent de leurs gouvernants qu’ils soient plus proches d’eux, plus disposés à les écouter et à prendre en compte leurs desideratas.

Ils attendent aussi plus d’engagement, plus de volonté et de responsabilité de la part de tous les acteurs sociopolitiques pour maintenir la paix et la sécurité, indispensables au développement inclusif et durable.

Dans cette perspective, le dialogue est incontournable.

Pour ma part, je continuerai à tout mettre en œuvre pour entretenir un cadre permanent d’échange afin que toutes les composantes de la Nation puissent s’exprimer librement et participer activement aux grandes décisions qui engagent l’avenir de notre pays.

Je vous remercie. 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement 

0
0
0
s2sdefault

Alpha lors d'un colloque des oiseaux

Cliquez ci-dessou, puis cliquez de nouveau sur l'image !

Pour ceux qui comprennent le langag des oiseaux  

 

0
0
0
s2sdefault

Damaro Camara, cet homme est dangereux pour la Guinée et pour .. Alpha

Le président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel, Amadou Damaro Camara, assure que le débat pour doter la Guinée d’une nouvelle constitution n’était pas une priorité à l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir.

Amadou Damoro Camara estime que les premières années de la présidence d’Alpha Condé n’étaient pas opportunes pour parler d’une nouvelle constitution en Guinée.

‘’Il ne faut pas oublier les circonstances dans lesquelles Alpha Condé a pris ce pays. En 2011, ce n’était franchement pas un problème de constitution qui était la priorité. Il avait hérité d’un pays au fond d’un puits. Tous les indicateurs étaient au rouge’’, affirme-t-il dans la Tribune de l’Actu.

‘’Nous oublions (pas) les deux ans qu’Alpha Condé a perdus avec la lutte contre Ebola. Avec toutes ces circonstances, personne ne pouvait changer la Guinée comme le Danemark en neuf ans’’, ajoute-t-il.

Le député issu des rangs du parti au pouvoir assure que grâce au leadership du président Alpha Condé, notre pays a fait d’énormes progrès.

’Aujourd’hui, les indicateurs macro-économiques sont là. Certains ne savent même pas si les batteries de leurs groupes électrogènes sont chargés ou pas, tellement qu’ils sont restés longtemps sans être allumés. Tout cela parce qu’on a de l’électricité. On a une autoroute à Coyah. On n'avait que l’hôtel de l’indépendance, mais aujourd’hui, on en a plusieurs’’, se réjouit l’honorable Damaro Camara.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

0
0
0
s2sdefault

Les 33 autres places des martyrs rasées par les bulldozers de l'amnésie nationale

L'État guinéen ou ce qui en reste, devrait ériger dans les 33 préfectures, anciennes régions du temps de la première république, une place des martyrs, rappelant le Pont Tombo de la capitale et le stade des suppliciés, exécutés, violées à coups de baïonnettes.

La Guinée est en quête de cet architecte-Président.

Car il n'y aura jamais d'État au fondement d'une amnésie nationale.

Amusez-vous bien les fêtards des cimetières, mais attention aux farfadets et aux ossements !

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

0
0
0
s2sdefault

Sous-catégories