Le journaliste Bangaly Touré, a-t-il été agressé et menacé sur ordre du directeur du protocole d’Etat ?

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com A en croire notre confrère Bangaly Touré lui-même, journaliste de France24, c’est ce vendredi 9 Août 2019 aux environs de 14h00 à l’hôtel Sheraton Conakry, que la garde rapprochée du Président Alpha Condé, sur instruction, dit-il, du directeur du protocole d’Etat, l’ont molesté.

D’après Bangaly Touré, ces derniers ont également récupéré son appareil photo et effacé ses photos officielles prises à l’arrivée des Chefs d’Etats du Burkina Faso et de la Guinée dans ce complexe hôtelier.

Bangaly Touré confie aussi que des éléments de la garde présidentielle guinéenne l’ont aussi menacé de ne plus mettre les pieds aux cérémonies officielles du Président Alpha Condé.

Enfin, le correspondant de France24 au Burkina Faso rappelle que le jeudi, 8 août, sur instructions du directeur du protocole d’Etat, le bureau de presse à la présidence lui a refusé l’accès à l’aéroport pour faire son reportage relatif à l’arrivée du Président Roch Marc Kaboré du Burkina Faso.

Ce vendredi, Bangaly signale que la garde rapprochée du Président Condé, a tenu des propos désobligeants à son égard :

« Lui, on le connaît. Il n’est pas avec nous. On ne veut plus le voir à côté du Président. Il vient de prendre la photo du Président. Mais on a effacé dans son appareil... », rapporte-t-il.

Le journaliste reste persuadé que le directeur du protocole d’Etat veut sa tête à cause d’un de ses articles publiés sur le site guineenews.org avec le titré : Conakry : quand Alpha Condé donne des leçons de protocole à son chef protocole sous les yeux du Président indien".

Et depuis la publication de cet article, fait remarquer Bangaly Touré, il ne cesse de recevoir des menaces de la part de personnes inconnues.

Mohamed Bangoura

0
0
0
s2sdefault

Déclaration de la coordination préfectorale du FNDC-Lola

La coordination préfectorale du FNDC de Lola a appris avec beaucoup de regret la manifestation de soutien du syndicat des transporteurs pour le projet suicidaire du troisième mandat.

La coordination préfectorale dénonce énergiquement cet état de fait qui met en cause l’avenir de notre ville de Lola ; car, soutenir un tel mouvement, c’est tuer la démocratie en Guinée.

La coordination préfectorale de Lola se réserve le droit d’une série de manifestations dès demain si jamais une telle activité a lieu à Lola.

La coordination préfectorale de Lola, fidèle à ses idéaux de démocratie, de paix, d’unité nationale et de justice sociale, attire l’attention de la communauté nationale et internationale sur ses attitudes qui pourraient compromettre dangereusement l’équilibre social dans notre préfecture et invite chacun et tous à œuvrer pour la stabilité et la cohésion sociale.

Vive l’alternance démocratique !

Vive l’unité nationale !

Vive la paix

Le coordinateur préfectoral

Lah Dounamou

0
0
0
s2sdefault

Chômage endémique : à Diécké, les jeunes investissent (dans) le secteur du lavage des véhicules !

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, www.nrgui.com
Pendant cette période de vacances, Le lavage des engins roulants est devenu aujourd'hui une activité attractive pour des jeunes de la préfecture de Yomou.
Ils sont nombreux ces jeunes élèves et autres jeunes à embrasser à l’heure qu’il fait le métier de lavage des engins roulants dans les localités de Yomou.
Une activité qui leur permet de subvenir à leurs besoins.

(..)

Lire la suite dans "Grands dossiers"

 

De retour de Diécké, Bruno Gbamou pour nrgui.com

0
0
0
s2sdefault

Conakry : Manifestation devant l’ambassade de France...(Africaguinee)

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com

De nombreux citoyens guinéens ont manifesté ce vendredi 26 juillet 2019 à Conakry contre le meurtre de l’enseignant-chercheur guinéen, Mamoudou Barry en France.

Munis, de pancartes et de banderoles, les manifestants ont scandé des slogans hostiles au racisme, en référence au propos tenus par l’agresseur à l’encontre de l’universitaire guinéen, lors de leur altercation.

Portée par des organisations de la société civile ainsi que des bénévoles, cette manifestation qui a débuté au rond-point du Port dans la commune de Kaloum s’est terminée devant l’ambassade de France en Guinée, sis dans la même commune dans le quartier Almamya. Les manifestants ont également réclamé « Justice pour Mamoudou Barry ».

« Froidement tué par un Franco turc pour des raisons raciales, Bolaro est parti à la fleur de son âge. C'est avec un sentiment de choc, de tristesse et de colère que nous avons appris l’assassinat de notre compatrioteBarry. Face à cette situation, nous rappelons aux autorités françaises leur devoir, au regard des textes internationaux qui est d’assurer la protection de tous les citoyens ressortissants étrangers vivants sur leur Territoire. Nous citoyens, organisations de la société civile, amis, frères et sœur de Mamoudou Barry, lançons un appel pressant au conseil de sécurité des Nations Unies de veuiller au respect des dispositions de la déclaration universelle des droits de l’Homme, dont son article premier dispose que “ Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité », a lancé Gabriel Haba, porte-parole des manifestants.

www.africauinee.com

0
0
0
s2sdefault

GUINÉE : LES FAUTES IMPARDONNABLES DE MALICK SANKHON CHEZ LE KOUNTIGUI

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, wwwnrgui.com

S’il y a un cadre aujourd’hui en Basse Guinée qui suscite le plus la colère du KOUNTIGUI de la Basse Guinée, c’est bel et bien Malick Sankhon. Ce cadre corrompu qui semble, selon lui, avoir un destin, a posé des actes blasphématoires au yeux de la Basse Guinée, des Sages et à l’endroit du KOUNTIGUI GBE, ElHadj Sekhouna Soumah.

L’INTERRUPTION DE LA CONVALESCENCE DU KOUNTIGUI À TUNIS

Rien pour faire plaisir à Alpha Condé, Malick Sankhon a été celui qui a contribué à forcer, à mettre la pression, pour faire venir de force El HajjSekhouna Soumah en Guinée avant la fin de son traitement à Tunis, alors que l’hôpital l'avait pas libéré, juste pour qu’il soit présent à l’événement de Kindia. Événement de soutien au 3eme Mandat auquel le KOUNTIGUI a refusé de prendre part.

Alors que le jour du retour du KOUNTIGUI, Malick Sankon est allé jusqu’à vouloir l'empêcher de rentrer à Tanènè, pour le retenir à Conakry dans une de ses villas, afin de pouvoir facilement l’embarquer pour Kindia, dès le lendemain, malgré son état. Une attitude machiavélique que le KOUNTIGUI a déplorée.

LA VOLONTE D’ÉVINCER EL Hajj SEKHOUNA SOUMAH

Depuis Kindia, après constat du refus du KOUNTIGUI de la Basse Guinée à s’associer à un tel projet, Malick Sankon a déclaré à qui veut l’entendre ceci: » Arrivé à Conakry, nous allons le démettre de son titre de Kountigui. C’est nous qui l'avons fait KOUNTIGUI, c’est nous qui l'avons envoyé se soigner. C’est nous qui avons les jeunes et les femmes de la Basse Guinée. Nous allons régler son compte ». Des propos malheureux et injurieux qui sont tombés dans les oreilles du KOUNTIGUI. Et une fois à Conakry, les attitudes et démarches de Malick ont traduit exactement ces propos de Kindia .

C’est à cet effet, qu’il a déclenché la carte Elhadj Doungou Soumah, le patriarche Baga pour remplacer El Hajj Sekhouna Soumah. Ce  qui fut un échec , mais qui a pourtant failli diviser les dignes fils de cette région. Une autre colère du KOUNTIGUI contre lui.

LES JETS DE PIERRES ET COUPs DU FUSIL CHEZ ELHajj DOUGOU SOUMAH A KAPORO

Malick Sonkhon dans sa volonté de faire mal au KOUNTIGUI est allé organiser une cérémonie, en complicité avec certains cadres véreux, pour introniser El Dougou Soumah, comme KOUNTIGUI de la Basse Guinée alors que ce dernier n’était même pas d’avis. Cet événement a malheureusement tourné au fisaco entraînenant des jets de pierres et coups de feu de la part des gardes du corps de Malick Sonkhon .

Le KOUNTIGUI, Sekhouna Soumah n’a pas aimé cette pagaille entretenue par Malick et complices au domicile du patriarche Baga. Et cette concession qui a été la résidence du dernier chef de Canton Baga, devrait être mis à l’abri de cette pagaille . Un endroit considéré comme le lieu le plus hautement symbolique du pouvoir Baga. Ce que Malick Sankon a profané.

LES RAISONS DE LA COLÈRE

Voici toutes les raisons qui ont suscité la colère du KOUNTIGUI contre Malick Sankon. Et il n’a pas manqué de le mettre en garde devant les émissaires venus le rencontrer, au risque de mettre sa main dans son plat !

En tout cas, Malick Sonkhon est démasqué et est averti ! #MALICKSOKHATARA

#Amoulanfé

Lu sur la page facebook du groupe Troisième Dynamique agneEsp

0
0
0
s2sdefault

Sous-catégories