France / Tentative de tripatouillage constitutionnel : Macron dit non à Condé et Ouattara ?

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com En invitant expressément les deux Présidents africains qui ambitionnent de modifier les constitutions de leurs pays en vue de conserver le pouvoir pour eux-mêmes ou pour leurs partis, Emmanuel Macron a voulu passer un message au Guinéen Alpha Condé et à l’Ivoirien Alassane Ouattara. Condé Macron et Ouattara et les constitutions africaines.

Le ton est austère et peu triomphant. « J’ai assisté, aujourd’hui (jeudi 15 août 2019), à la commémoration du 75e anniversaire du débarquement de Provence, à la Nécropole nationale de Boulouris, aux côtés de mes homologues français et guinéen, Emmanuel Macron et Alpha Condé. Cette commémoration est un moment important qui rappelle la contribution des troupes africaines à la libération de la France », indique Alassane Ouattara. San plus.

A lire aussi. Guinée : Voici le courrier du ministre qui a démissionné pour dire « Non » au tripatouillage de la Constitution par Condé

En prenant soin d’éviter les deux dirigeants africains dont les mandats constitutionnels finissent en 2020, pour cette commémoration, Emmanuel Macron a voulu passer un message. De source proche de l’Élysée, plusieurs rapports font état de possibilités de graves troubles dans ces deux pays d’Afrique de l’Ouest, au cas où leurs dirigeants mettent à exécution leurs volontés de tripatouiller les textes pour s’assurer un troisième mandat (RPG-Arc-en-ciel en Guinée) ou pour exclure de potentiels adversaires (RHDP en Côte d’Ivoire).

Pente répressive en Guinée et en Côte d’Ivoire
« Ce n’est pas par hasard que le Président français a invité ces deux dirigeants africains dont les pays n’étaient pas forcément les plus gros pourvoyeurs de contingents de soldats coloniaux, lors de la seconde guerre mondiale », révèle un diplomate français.

Celui-ci indique : « à travers de mots particulièrement bien choisis pour ne pas choquer ses hôtes, Macron a clairement fait savoir que le gouvernement français ne soutiendrait pas de projet de nature à menacer la stabilité sociopolitique en Côte d’Ivoire et en Guinée, dont les auteurs seraient les dirigeants au pouvoir ».

La mise en garde d’Emmanuel Macron sera-t-elle entendue par les deux dirigeants qui étaient des soutiens sans faille de la métropole, et qui, du fait de la pente répressive permanente dans leurs pays, ces dernières années, ne bénéficient plus des égards de l’Elysée et de Matignon, ces institutions préférant les encourager à l’alternance ?

Emmanuel Gautier pour afriksoir

0
0
0
s2sdefault