Grève du SLECG/Kassory Fofana menace : « Si au 31 décembre... »

 Tout enseignant qui n’aura pas repris le chemin de l’école, au 31 décembre, au plus tard, pourrait se voir radié tout simplement de la fonction publique. C’est du moins ce qu’a confié à notre rédaction, une source digne de foi.

C’est la nouvelle menace brandie par le premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana à l’endroit des enseignants grévistes.

Selon nos informations, cette nouvelle menace, qui avait certes été préalablement annoncée par le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, Casmir Diaora, le Chef du gouvernement, l’a réitérée, il y a seulement quelques jours, à une délégation du SLECG et de l’USTG, venue à sa rencontre, à la primature.

Selon nos informations, Kassory Fofana, qui exige du SLECG, une suspension de sa grève, avant toute reprise des négociations, aurait martelé à cette délégation, sur un ton ferme comme on le lui connait, que si au 31 décembre, cette grève n’est pas levée, tous les enseignants qui l’observent, seront tout simplement radiés de la fonction publique.

La balle est donc dans le camp du SLECG, qui continue de camper en Ayatollah, et qui a même demandé, samedi, le départ du premier ministre, estimant que celui-ci n’est pas à la hauteur de la mission, à lui, confiée.

Le général Aboubacar Soumah, a appelé à un rassemblement de tous les enseignants grévistes, le lundi, à Gbéssia, l’aéroport de Conakry.

A