Liberté provisoire pour les membres du FNDC, demande rejetée

 Les accusés retournent en prison. Le procès des membres du front national pour la défense de la constitution (FNDC) s’était ouvert ce mercredi 16 octobre 2019, au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Au cours de ce procès, les avocats de la défense ont sollicité une liberté provisoire pour leurs clients accusés « de manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles à l’ordre public suivant l’article 561 du code pénal ». Mais cette demande de liberté provisoire a été rejetée par le Tribunal bien que les prévenus avaient nié en bloc ces accusations. 
Après ce tout premier jugement, le coordinateur national du FNDC, Abdourahmane Sano, le chargé des opérations, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Bill de Sam, Abdoulaye Oumou Diallo et les autres, ont été à nouveau reconduits à la maison centrale de Coronthie. Leur jugement a été renvoyé pour le vendredi 18 octobre prochain. 
Oumar M’Böh
Relu par SNB pour www.nrgui.com