(AUDIO) Alpha Condé se prépare à assurer la sécurité des leaders politiques en Guinée

 

Naby Youssouf Kiridi Bangoura, ministre, secrétaire général à la présidence de la République : «S'il arrivait aujourd'hui un malheur à un leader guinéen, même s'il tombe dans sa salle de bain, on dira que c'est le régime qui en est responsable; il peut arriver d'une manière ou d'une autre, que nous pourrions assumer publiquement ou pas, que nous soyons obligés d'assurer la sécurité des leaders dans notre pays...»

Reçu de Kbarrie

www.guineeinformation.fr

 

 
0
0
0
s2sdefault

Côte d’Ivoire – Gbagbo élu président du FPI avec 99,64% des voix avant la fête du 30 avril à Mama

 

LaurentGbagboafp_2070731b

3ème congrès extraordinaire du FPI, le comité d’organisation déclare Laurent Gbagbo vainqueur, une fête prévue à Mama le 30 avril

Le Bureau du troisième congrès extraordinaire du Front populaire ivoirien (Fpi) prévu à Mama, village natal de Laurent Gbagbo, le 30 avril prochain, était face à la presse ce mardi au domicile de l’ex président ivoirien.

Selon le professeur Sébastien Dano Djédjé, présidant dudit congrès, les membres statutaires des Assemblées fédérales électives ont accompli leur devoir en participant massivement aux élections organisées sous la supervision du Comité central.

« Pour information, il est bon d’indiquer qu’au FPI, une Assemblée fédérale élective se compose des membres statutaires.

Il s’ agit du Secrétaire Général de la Fédération (le Fédéral) ; des 17 membres du Bureau fédéral ; des Secrétaires Généraux de section dans la Fédération ; des délégués de sections à raison de 6 délégués par section et des membres du Comité central élus de la Fédération, » a expliqué Dano Djédjé.

Convaincu que le comité d’organisation a respecté les textes du parti, le président a informé la presse que les élections aux organes dirigeants du FPI sont totalement achevées.

Selon lui, au terme de ces opérations électorales organisées à la base, les résultats sont les suivants.

« Nombre d’inscrits : 17.885; Nombre de votants :15.907, soit un taux de participation de 88,94%. Pour l’élection à la Présidence du Parti, le camarade candidat Laurent Gbagbo a obtenu 15.851 voix, soit 99,64% des suffrages. Pour l’élection du Comité de contrôle, la liste ‘’Victoire et Liberté pour Gbagbo », conduite par le camarade Professeur Hubert Oulaye a obtenu 15.510 voix soit 99,53 % » a-t-il martelé.

Après les élections de Laurent Gbagbo et de Hubert Oulaye, le conférencier a estimé que le 30 avril 2015 ne sera qu’une grande fête d’investiture, comme le prescrivent les textes du FPI.

Il a par ailleurs rappelé que le FPI a deux organes permanents. Il s’ agit d’un organe de direction, le Comité central que préside le président du Parti et d’un organe de contrôle de la régularité des actes, le Comité de Contrôle.

!- Quick Adsense WordPress Plugin: http://quicksense.net/-->
« Aucun congrès du FPI ne peut se tenir valablement sans le Comité de Contrôle. C’est cet unique organe de contrôle qui reçoit les candidatures et les jugent recevables ou non. En un mot comme en cent, c’est le Comité de Contrôle qui donne l’onction de validité à un congrès du FPI » a prévenu le professeur.

Le rassemblement du jeudi 30 avril 2015 à Mama marquera selon Dano Djédjé, la suite et la fin du 3ème congrès extraordinaire.

« Aucun autre congrès électif ne pourra se tenir au FPI avant trois (3) ans, c’est-à-dire avant avril 2018, sauf en cas de forces majeures prévues par les textes du Parti. Voilà pourquoi nous attendons une présence massive des militants pour l’investiture du président du parti, le Président Laurent Gbagbo, et celui du Comité de Contrôle conduit par le Professeur Hubert Oulaye » a-t-il conclu
Avec koaci.com

Côte d’Ivoire : Gbagbo élu président de son parti, le Front populaire ivoirien

Par Serge Alain KOFFI

L’ancien chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo, incarcéré depuis 2011 à la Cour pénale internationale (CPI), a été élu président de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), lors d’un vote vendredi et samedi dans des sections de cette formation politique à travers le pays, a annoncé mardi à Abidjan l’un des cadres du FPI, Sebastien Dano Djédjé, lors d’une conférence de presse.

“L’élection a eu lieu le 24 et 25 avril lors des assemblées générales électives dans 98 fédérations sur les 108 actives. A l’issue du scrutin Laurent Gbagbo a élu avec 15.851 voix soit 99,64% des suffrages exprimés’’, a déclaré Sebastien Dano Djédjé, face à la presse au domicile de Michel Gbagbo, le fils de l’ancien chef d’Etat.

L’ancien ministre Dano Djédjé a expliqué que l’élection de Laurent Gbagbo à la tête du FPI est “un symbole, une reconnaissance et un signal aux Ivoiriens et au monde entier’’.

Selon lui, M. Gbagbo seul “peut rassembler au FPI’’, en proie à des vives dissensions depuis quelques mois.

Interrogé sur la possibilité pour l’ancien Chef de l’Etat, du fond de sa cellule à La Haye, de diriger en Côte d’Ivoire le parti qu’il a fondé, M. Dano Djédjé a indiqué que la suite appartenait à M. Gbagbo lui-même.

“C’est lui qui va impulser une nouvelle orientation à son parti’’, a-t-il dit, précisant qu’il n’est mentionné “nulle part dans le règlement du parti que le président doit être physiquement en Côte d’Ivoire’’.

Début novembre, Michel Gbagbo avait, avec des cadres du FPI, déposé la candidature de son père à la présidence du parti contre l’actuel patron, Pascal Affi N’guessan, candidat à sa succesion.

Affi N’guessan conteste la régularité de la candidature de Laurent Gbagbo et accuse certains de ses camarades de vouloir l’évincer “en instrumentalisant le nom’’ de l’ancien chef de l’Etat.

Saisie pour trancher la question, la justice ivoirienne a rejeté fin décembre la candidature de l’ex-chef de l’Etat, incarcéré depuis novembre 2011 à la CPI qui le soupçonne de “crimes contre l’humanité’’.

SKO
Alerte Info

0
0
0
s2sdefault

VIDÉOLe Grand Débat du Lundi 27 Avril 2015 d'Afrique N°1 -Impasse politique en Guinée Conakry -Invités: Bah Oury, vice-président UFDG, Lama Kabah, porte-parole du mouvement Alpha Espoir, Almamy Kaloko, GRAD Guinée

 

Malgré les manifestations de l’opposition visant à réclamer un nouveau calendrier électoral, le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, persiste et signe : pas question d’inverser l’ordre des prochaines élections. Les élections locales auront bien lieu au premier trimestre 2016, après la présidentielle prévue en octobre 2015. Le président Alpha Condé a réaffirmé cette position mercredi dernier à Paris, après une visite à son homologue français, François Hollande. Alors que l’opposition a repris ses manifestations de rue pour demander le retrait pur et simple du calendrier électoral, les positions des parties en conflit semblent désormais irréconciliables. Comment expliquer l’intransigeance du pouvoir, et comment comprendre, aussi, la radicalisation des opposants parmi lesquels certains n’hésitent plus à réclamer la destitution du chef de l’Etat ? Par ailleurs, de quels outils de médiation disposent encore la communauté des pays de la région pour désamorcer la crise en Guinée ? Détails et explications dans ce Grand Débat.

Invités  : 
- Oury Bah, Vice-président de l’UFDG (Union démocratique des forces de Guinée)
- Almamy Kaloko, Président de Grad Guinée (Groupe de réflexion et d’appui au développement de la Guinée)
- Depuis Conakry, Lama Kaba, Porte-parole et Chargé de la communication et des relations extérieures du mouvement Alpha Espoir

Reçu de Kbarre

www.guinformation.fr


0
0
0
s2sdefault

carles

 
révision des listes électorales Les membres des commissions administratives de révision des listes électorales numéros 348 et 350 du quartier Kipé dans la commune de Ratoma ont arrêté ce mardi 28 avril 2015 toute activité de révision des listes électorale. Ces agents qui sont payés à 300.000 francs guinéens pour les 45 jours de révision (exactement six mille six cent francs guinéens par jour, de 9 heures à 18 heures) exigent de la CENI une amélioration de leur traitement salariale pour continuer.

 

Michel Vateme Haba, le président de la CARLE 350 du secteur Cité des médecins, estime être mal traité par rapport au volume du travail fourni. « Nous avons constaté que la rémunération de 300.000 francs guinéens pour les 45 jours est un fait désagréable, voire insoutenable. Je ne peux pas imaginer qu’un citoyen guinéen soit payé pour un travail de 45 jours, de 9 heures à 18 heures pour seulement toucher 300.000 francs guinéens. Ce qui est l’équivalent de 6 600 francs guinéens par jour !  Cette somme ne correspond même pas au SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti, qui est égal à 440 000 GNF pour les trente jours du mois). On est entrain de pratiquer de l’esclavage moderne en Guinée ».
Cette difficile condition de travail est également déplorée par Alassane  Diallo, également président de la CARLE 348. Les différents membres des commissions administratives de révision des listes électorale sont les plus mal rémunérés. Contrairement aux opérateurs de saisie qui touchent trois millions de fancs guinéens (3 000 000 GNF) a-t-il indiqué. « Nous ne sommes pas du tout satisfaits de notre traitement. Alors que les autres opérateurs de saisie touchent  actuellement 3 millions de francs guinéens. Nous  n’acceptons pas. Et nous n’allons jamais  accepter  ».
Ces membres des commissions administratives de révision des liste électorale qui viennent de suspendre leur activité- ce mardi 28 avril 2015, cinq (5) jours juste après le démarrage des opérations de révision des listes électorale- sont déterminés à poursuivre leur mouvement. Ce jusqu’à la satisfaction de leur revendications. Cette action pourrait impacter le calendrier de révision de ces listes électorales qui doit s’achever dans des conditions normale le 8 juin prochain. Pour l’heure, la commission électorale nationale indépendante s’est réservée de tout commentaire.
Kolouba Koîvogui
www.guineematin.com
0
0
0
s2sdefault

AUDIO En attente le retour d’Alpha Condé, Bah Ousmane, président de l'UPR et ancien ministre des travaux publics, répond aux manifestations de l'opposition républicaine

 

«Lorsqu'on revendique, c’est pour se faire entendre, une fois qu'on s'est fait entendre, il faut aller autour de la table, il faut dialoguer, seul le dialogue peut nous conduire vers des solutions... »

Reçu de Kbarrie

www.guineeinformation.fr

 
0
0
0
s2sdefault