Après le drame de Kolonkola, les villages de Koba, Dari, Trambaly et Nalia s’inquiètent

victime du drame de Kolonkola, Boffa.

Le drame a commencé dans la nuit du samedi à dimanche 6 septembre 2015, aux environs de 20 heures. La population a été subitement surprise par les eaux qui venaient de la montagne, ainsi que des roches et des arbres que les vagues d’eaux drainaient sur leurs passages.

Les champs , des habitations et leurs contenus, dont sept personnes ont disparu et plusieurs blessés, tel était le premier bilan de ce drame.

Le lendemain, les recherches ont permis de retrouver deux corps dans les décombres. Hier, mardi 8 août 2015, deux autres corps (Alpha Camara et Alassane Camara), ont été successivement retrouvés à des endroits différents et inhumés. La plupart des blessés sont admis à l’hôpital préfectoral de Boffa.

Certains témoins nous ont indiqué que les autorités préfectorales et des agents de la Croix-Rouge se sont rendus à leur chevet le lundi, au lendemain du drame. Mais, hier, mardi, ni la Croix Rouge, ni l’Etat n’étaient sur les lieux. Seules certaines victimes qui ont eu le courage de revenir, puisque beaucoup avaient fui le village, et d’autres personnes venues pour apporter leur soutien, creusaient, découpaient des branches de gros arbres déracinés par les eaux, pour chercher les cinq corps.

C’est que dans l’après-midi  la délégation ministérielle est arrivée sur les lieux. Les officiels étaient bloqués à Koumbaya depuis le matin, où ils se sont entretenus avec les autorités locales.

Dans les discours, en plus de la nourriture et des médicaments dont ils avaient forcement besoin, les sinistrés, par la voix du Président de district ont exprimé le besoin d’avoir des abris ailleurs. Ce que les habitants ne cessaient de répéter à l’envoyé spécial de Guineematin.com avec lequel ils ont passé plusieurs heures sur les lieux.

Le gouvernement, par la voix du Ministre de la pêche et parrain de la préfecture, Jean Réné Camara, a indiqué que la délégation a apporté 5 tonnes de riz, 25 cartons de savon et 25 bidons d’huile. « C’est pour ceux qui ont perdu leurs habitations, ceux qui ont perdu des champs agricoles, ceux qui ont perdu des parents et ceux qui ont accueilli des sinistrés suite au drame », a indiqué le Ministre.

Ce qui s’est passé à Kolonkola est sans doute un drame, mais ce qui pourrait suivre risque d’être plus catastrophique. Koba, Dari, Trambaly et Nalia sont tous des villages situés non loin de la même montagne dont des parties ont cédé et se sont abattues sur Kolonkola le samedi dernier. D’ailleurs, un citoyen d’un de ces villages a publiquement interpellé les Ministres de la santé, Rémy Lamah, et de la pêche, Jean Réné Camara, ainsi que madame le préfet de Boffa sur la question : « Nous aussi nous avons entendu des bruits hier nuit. Mais, heureusement, rien de grave ne s’est passé »...

Thierno Amadou Camara, envoyé spécial de Guinematin.com à Kolonkola, Boffa

0
0
0
s2sdefault