Dimanche 28.07.2019, date mémorable en Guinée : L’aigle BAG prend son envol

En effet, hier, l’aigle brun du BAG (Bloc pour l’Alternance en Guinée) a pris son envol dans les airs de Guinée. Décollage sans bruit, mais spectaculaire !

Les jeunes ont-ils décidé de prendre leur destin en main?

Les dirigeants du parti BAG ont pris un grand risque en choisissant cette date pour la présentation du parti et le lancement de ses activités : il pleut fort à Conakry, les universités, bassins collecteurs du grand nombre des militants du parti, sont fermées, les étudiants sont en vacances.

A deux semaines de l’événement, la rédaction de guineepresse.info avait rédigé un article qui en fait l’annonce et informe le public. Informé de l’initiative avant publication, le Président du BAG, Sadio Barry, nous a prié de ne pas le publier ni parler de l’événement avant sa tenue. Etonné, un membre de l’équipe l’interpelle :

« Mais, Sadio, le parti est nouveau. Si vous n’informez pas le public à temps, vous risquez de ne pas avoir de gens ce jour et ce serait désespérant pour le parti. »

Réponse de Sadio Barry :

« Nous en sommes conscients.Mais,comme vous le dites, le parti est nouveau et cet événement n’est pas un meeting. C’est un appel interne, donc aux militants et sympathisants pour annoncer le démarrage de nos activités. Après ce lancement, nous avons besoin de savoir, quel est notre véritable poids de mobilisation si on s’adresse à nos cellules et listes de membres et, en conséquence, quel travail nous attend. Même si nous mobilisons peu, cette date serait une référence et l’on pourrait mesurer et apprécier à sa juste valeur, le progrès effectué par le BAG dans les six prochains mois. »

Aussi grand fut le risque, aussi impressionnant fut ce décollage de l’aigle BAG hier ! Malgré la forte pluie et la fermeture des universités, malgré que le public ne fut pas informé, la salle fut pleine à craquer, aucune place assise, aucune place debout, alors que la foule était plus nombreuse au dehors. On installe les gens dans la cour. A son tour, cette dernière fut pleine au point de déborder. 

La société civile, des partis politiques comme le PEDN, l’UFR, le PADES, le BL viendront témoigner leur confiance et leur disponibilité à travailler avec le nouveau parti BAG dont certains retraceront le parcours combatif du leader.

Des images qui parlent d’elles-mêmes !

Cérémonie de lancement du BAG ce dimanche 28.07.2019 : discours d'ouverture de Dr. H. Keita:

« Ensemble, nous pouvons atteindre des résultats positifs et plus importants qu’à titre individuel. 
Ensemble, nous pouvons faire des progrès plus grands et en moins de temps, que divisés.
Ensemble, nous pouvons réussir et protéger nos intérêts communs et garantir notre souveraineté.»

(Lire suite sur le site du parti ...)

Cérémonie de lancement du BAG ce dimanche 28.07.2019 : discours du Président Sadio Barry.

« Mes chers compatriotes,
Ce 28 juillet 2019 restera gravée dans l'histoire politique de notre pays. En effet la rencontre d'aujourd’hui est l'aboutissement d'une longue et discrète lutte, menée avec ténacité et détermination par un groupe de Guinéennes et de Guinéens, pour la création d'un parti politique pouvant offrir une alternative crédible à notre peuple.»

(Suivre la vidéo sur le site du BAG ...)

(Suivre la vidéo sur Youtube) !

 

0
0
0
s2sdefault

Maison centrale : Sidya Touré empêché de voir Faya Millimouno, une autorisation préalable exigée

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com

Décidément, il est désormais difficile, pour ne pas dire impossible de rendre visite à l’opposant Faya Lansana Millimouno, en prison à la maison centrale de Conakry.

Le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) Sidya Touré, qui s’est rendu, ce jeudi 08 août 2019, à la maison d’arrêt de Conakry, pour voir l’opposant, a été empêché d’accéder à la cellule du leader du BL.

Selon un responsable de ce parti que nous avons joint, il a été demandé à Sidya Touré de se procurer d’une « autorisation de communiquer » auprès du doyen des juges d’instruction, pour avoir accès à Faya Millimouno.

N’ayant donc pas ce document désormais exigé, le leader de l’UFR n’avait de choix que de prendre congé les lieux.

Faya Millimouno croupit en prison sans jugement, suite à une plainte du ministre de la Justice par intérim.

Mamadou Sagnane

0
0
0
s2sdefault

Affaire 3ème mandat : madame le maire de Kaloum appelle au respect de la constitution

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, www.nrgui.com

C’est au cours d’une interview accordée à nos confrères de la chaine de TV Africa24, que la première responsable communale de Kaloum s’est brièvement prononcée sur une éventuelle modification de la constitution qui permettrait, automatiquement au président Condé de briguer un nouveau mandat.

Pour Mme Aminata Touré, il serait difficile de se prononcer sur un sujet qui n’a pas fait l’objet d’adresse officielle de la part du président de la République : « Les débats doivent quitter la rue pour être pris beaucoup plus au sérieux. Donc pour le moment, moi je n’ai pas vu de constitution, j’attends de voir la constitution en question pour pouvoir me prononcer. Dans un passé récent, le président Alpha Condé avait tout simplement dit, en répondant au PM Kassory Fofana qu’ « il prenait acte ». Donc, jusque-là, il n’y a pas eu de déclaration officielle. Donc, en ce qui me concerne, je me prononcerai qu'une une fois que j’aurais vu la constitution et qu’il y aurait une déclaration officielle« , a-t-elle fait savoir.
A la question de savoir si elle sera pour ou contre un 3ème mandat pour le président Alpha Condé, Mme Touré n’est pas allée du dos de la cuillère: « Moi je suis juriste de formation et je suis légaliste. Et je pense que nous devons respecter ce qui sera mentionné dans la constitution« , a tranché Madame le maire de Kaloum, fille du premier président, Ahmed Sékou Touré.
La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

0
0
0
s2sdefault

Ibrahima Sory Cissé bénéficie d’une liberté provisoire, mais reste placé sous contrôle judiciaire (avocat)

Actualités de Guinée conakry. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com 

Placé en garde à vue depuis le mardi 6 août, Ibrahima Sory Cissé, proche conseiller de Malick Sankon, a été présenté ce jeudi à un juge d’instruction.

À l’issue de son audition, un premier acte a été pris. Le proche conseiller du Directeur de la CNSS, a bénéficié d’une remise en liberté provisoire, mais reste tout de même placé sous contrôle judiciaire.

Cette information a été confirmée par l’un de ses avocats, sans en dire plus, invoquant le secret de l’instruction.

« C’était sa première comparution aujourd’hui, devant le juge. La première décision prise, c’est qu’il est sous contrôle judiciaire. Et dès lors qu’il y a contrôle judiciaire, c’est qu’il y a une procédure à l’interne. (...). S’il n’est pas en détention, contrairement aux autres, cela veut dire qu’il n’y a pas trop de griefs contre lui », a confié Me Dabo à notre rédaction.

Il faut rappeler que M. Ibrahima Sory Cissé était en garde à vue, suite à une plainte de Chérif Haïdara, connu sous le nom de Chérif de Washington, proche conseiller du premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana.

MohamedNana Bangoura

0
0
0
s2sdefault

Hommages à grandes pompes (funèbres) offerts par Alpha Condé : la digne famille de l'humble "humilié" dit "non merci, trop tard".

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, www.nrgui.com.

La famille de feu Kéléfa Sall, l’ex président de la Cour Constitutionnelle décédé d’une crise cardiaque le samedi 27 juillet à Conakry, a décliné avec beaucoup de dignité l'inimaginable offre de son tombeur. 

Le Chef de l’Etat offrait les grandes pompes de la république, à celui que la répulique avait enterré vivant. (On pense à celui qu'une première "république" avait enterré vivant à Dixin). Mêm ses collègues magistrats avaient fermé leur gueule devant cette forfaiture qui châtrait la république, puisque l'ex président de la Cour Constitutionnelle était le garant, le couvre-chef de nos institutions, à savoir, l'assemblée nationale et surtout l'exécutif, dont le premier magistrat ne lui avait pas pardonné cet avertissment lors de son investiture.

"N'écoutez pas les sirènes révisionnistes !"

Il y avait pourtant une nombreuse foule à la levée de corps de Kalèfa Sall.

Paix à l'âme du défunt.

Mes condoléances à sa famille, à la démocratie et à la république éplorées.

Was-Salam,

El Hajj Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

0
0
0
s2sdefault