Tierno Monenembo assure qu’Alpha Condé veut s’éterniser au pouvoir : ‘’il a encore faim...’’

 

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, www.nrgui.com

Le célèbre écrivain guinéen et lauréat du Grand Prix de la Francophonie 2017, a rejoint le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) pour barrer la route à toute initiative qui pourrait permettre au président Alpha Condé de se maintenir au pouvoir au-delà de 2020.

Derrière la volonté de changer la constitution, aux dires de Tierno Monenembo, se cache ‘’l’appétit du pouvoir. Le second mandat d’Alpha Condé arrive à son terme. Il se rend compte qu’il ne s’est pas suffisamment repu. Il a encore faim de diamant, de bauxite et de fer. Il lui faut une façade légale pour justifier la prolongation de son pouvoir’’.

‘’La question constitutionnelle n’est qu’un misérable alibi. Si notre président-professeur, un titre unique sur la planète Terre, avait un quelconque souci pour l’esprit et pour la stabilité de nos lois, il aurait procédé autrement’’, assure Monenembo dans un entretien accordé à VisionGuinee.

Si Alpha Condé ne lorgnait pas un mandat de plus, affirme l’écrivain, ‘’il aurait mis en place au lendemain même de son élection, une commission constituante composée de juristes guinéens et de constitutionnalistes étrangers pour réfléchir en profondeur sur un corps de lois indépendant des circonstances et des personnes et mieux adapté à nos mentalités (...). S’il avait procédé ainsi, il n’y aurait eu aucun problème’’.

Il fait remarquer que l’idée d’une ‘’nouvelle constitution est en train de voir le jour au Mali. Cela ne gêne personne, puisque le président IBK s’engage à respecter la précédente comme il l’a solennellement juré le jour de son investiture. C’est cela l’esprit citoyen, c’est cela le sens de l’honneur’’.

A Alpha Condé qu’il considère comme un ‘’président africain classique qui veut le pouvoir, rien que le pouvoir ; le pouvoir par tous les moyens, le pouvoir pour toujours’’, Tierno Monenembo rappelle que ‘’vouloir tripatouiller les institutions de son pays quitte à plonger celui dans le chaos rien que pour ses ambitions personnelles, n’a rien, mais alors absolument rien de respectable’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

0
0
0
s2sdefault