CEDEAO – monnaie unique »Eco » : voici les deux chefs d’Etat qui préfèrent le FCFA

Actualités de uinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, www.nrui.com Véritable serpent de mer, le vieux projet de la monnaie unique de l’espace CEDEAO relancé il y’a quelques mois, n’a pas la bénédiction de tous les chefs d’Etat. Alors que d’autres chefs-d’Etat croient fermement et réitèrent leur engagement à la création de cette monnaie dénommée « Eco » d’autres se désolidarisent. C’est le cas du président Alassane Ouattara et Macky Sall.

Au cours de la 55ème session ordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la dénomination “Eco” a été retenue pour la monnaie unique en création dans l’espace sous-régional. Mais si ça ne tenait qu’au président sénégalais Macky Sall et son homologue ivoirien Alassane Ouattara, cette monnaie unique ne verra point le jour. Ses derniers n’entendent pas boycotter le FCFA, une monnaie à polémique et longtemps considérée comme la principale source du sous-développement de l’Afrique en l’occurrence des pays francophones.

Au perchoir du Sénégal, Macky Sall reste dubitatif et sceptique à l’égard de la future monnaie unique de la CEDEAO, car, rapporte le Quotidien, la première autorité sénégalaise ne veut surtout pas trop brûler les étapes en s’engageant dans une aventure pour le moins risquée. Et comme on pouvait s’y attendre le plus, la nouvelle monnaie unique de la CEDEAO est loin de gagner les points et la sympathie du président Alassane Ouatara qui s’est récemment mis en posture d’un défenseur du FCFA lors de sa visite à l’Elysée. Toujours selon la source, ADO préfère le F Cfa, garant, selon lui, de stabilité économique et sociale des pays membres de la Zone.

0
0
0
s2sdefault

GUINEE – TOGO / Nicolas Lawson récuse la facilitation d’Alpha Condé ( TOGO Tribune)

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle République de Guinée www.nrgui.com

 
GUINEE – TOGO / Nicolas Lawson récuse la facilitation d’Alpha Condé ( TOGO Tribune)
POLITIQUE
0
http://leguepard.net/wp-content/uploads/2019/06/Alpha-Condé-et-Nicolas-Lawson-300x248.jpg 300w" sizes="(max-width: 214px) 100vw, 214px" style="margin-top:5px;margin-right:20px;margin-bottom:20px;font-weight:inherit;font-size:14px;font-style:inherit;font-family:inherit;border-width:initial;border-style:none;float:left">
 
Contrairement aux leaders de la Coalition des 14 qui doivent revenir de Conakry ce jour, Nicolas Lawson, lui, n’a pas confiance au Prof Alpha Condé, Président de la Guinée et l’un des facilitateurs de la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017. Intervenant dimanche dans l’émission « D12 » sur la radio Pyramide FM, le président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) a soutenu que le Togo « mérite mieux que Condé comme facilitateur ».
Pour Nicolas Lawson, le Président guinéen n’est pas un modèle pour assurer la facilitation dans la crise togolaise, d’autant plus que dans son propre pays, les droits de l’homme ne sont pas respectés. Et pis, il ambitionne tordre le coup à la Constitution pour briguer un nouveau mandat à la tête de l’État guinéen.
« Celui qu’on appelle aujourd’hui le deuxième facilitateur, je vois ce qu’il fait chez lui, des femmes qui sont tabassées, des enfants qui sont tabassés, des jeunes gens en chômage et dans la misère. Alors que ce pays est riche en ressource minière. Vous, vous avez eu la chance, par la grâce de Dieu, au-delà de 70 ans, de devenir Président de ce pays béni et vous ne voulez plus partir. Des gens manifestent et on les tue. Je crois que c’est une erreur de la CEDEAO d’avoir choisir deux facilitateurs dans notre crise. Ce sont des anomalies que je ne comprends pas », a indiqué Nicolas Lawson.
Selon lui, seul le Président ghanéen Nana Akufo-Addo est intègre pour jouer la facilitation dans la crise togolaise. Puisque non seulement il sait réellement ce qui se passe au Togo, mais surtout que la démocratie est de mise au Ghana.
« On aurait dû choisir seulement le Ghanéen Akufo-Addo. Parce qu’il n’acceptera pas que les Togolais viennent se réfugier au Ghana pour des problèmes politiques. Mais qu’en est-il du guinéen ? Alpha Condé n’a rien à foutre de la situation togolaise. Il n’arrive pas à gérer son propre pays, il n’arrive pas à maintenir la paix. Il n’arrive pas à respecter les règles dans son pays. Et comment il peut régler nos problèmes ? Donc c’est une erreur de la CEDEAO », a-t-il pesté.
Nicolas Lawson estime que seuls les Togolais peuvent régler leurs problèmes puisqu’ils en sont au cœur. Il invite à cet effet la classe politique à se départir du sectarisme, l’intolérance et de l’outrecuidance.
Godfrey Akpa
Source : www.icilome.com
0
0
0
s2sdefault

Coup de tonnerre/ Le régime Ouattara dans le ravin: Arrestation imminente de Konan Bédié par Alassane Ouattara (Ministre)

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répuboique de Guinée, www.,rgui.com. Le régime Ouattara dans le ravin. Arrestation imminente d'Henri Konan Bédié par Alassane Ouattara (Ministre Kobenan Adjoumani).

Abidjan le 11 juin 2019. Après la sortie du président du PDCI, Henri Konan Bédié, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) à animé ce mardi une conférence de presse.
La confusion est grande dans la guerre totale que se livrent les présidents Alassane Ouattara du RHDP et Henri Konan Bedié du PDCI-RDA, suite à leur divorce et désamour sanglants sur la question du RHDP parti unifié.

Un nouveau palier vient d’être franchi avec l’arrestation imminente d’Henri Konan Bedié par le président Alassane Ouattara, comme devoilé hier par le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (Rhdp) au cours d’une conférence de presse le mardi 11 juin à Abidjan.

Il était en compagnie du ministre Touré Mamadou, porte-parole adjoint du RHDP, et de plusieurs dignitaires du RHDP.

Et les signaux qui militent dans le sens d’une arrestation imminente d’Henri Konan Bédié se multiplient depuis hier avec la conférence de presse du RHDP couplée à la marche des jeunes du RHDP au domicile du président du PDCI-RDA à Abidjan, pour justement demander son arrestation. Des hierarques du régime ont même annoncé qu’il n’y a pas d’âge pour se faire arrêter.

En effet, selon le ministre Adjoumani lors de cette conférence, « les propos de Bédié sont passibles de poursuites judiciaires au regard du code pénal ivoirien », car pour lui « ce que M. Bédié doit savoir, c’est que ses appels à la haine et à la révolte sont constitutifs d’infractions prévues et punies par le code pénal ivoirien ».

Il a ajouté que « le président Bédié tombe sous le coup de l’article 158 alinéa 2 du code pénal qui dispose : “Est puni de l’emprisonnement à vie l’attentat dont le but est (...) d’exciter les citoyens ou les habitants à s’armer contre l’autorité de l’Etat ou à s’armer les uns contre les autres” ».

Il a poursuivi en précisant que « la gravité des propos décriés exige une insistance sur la dénonciation et surtout sur la sensibilisation des populations ivoiriennes, afin que celles-ci ne tombent pas dans le piège du repli ethnique et du repli tribal

Selon le porte-parole du Rhdp, le président Bédié ne pose pas clairement les problèmes cités ci-dessus mais, « appelle sans aucune fioriture, à la haine et à la révolte populaire contre les étrangers au motif que ces derniers qu’il assimile à des “envahisseurs”, seraient en train d’opérer un “hold-up” sur la Côte d’Ivoire, en pillant ses richesses minières, à travers l’orpaillage clandestin, en s’accaparant toutes les terres et en menant une fraude à grande échelle sur la nationalité ».

Dans la même journée d’hier, au moment où le porte-parole principal du Rhdp, Kobénan Kouassi Adjoumani, animait sa conférence de presse, à l’Hôtel du Golf, des jeunes se sont déportés, par dizaines, devant la résidence du président du Pdci-Rda sise à Cocody-Les Ambassades. « Awassa Abdoul (en chemise bleue), membre du Rhdp, convie des jeunes au domicile du président Bédié à Cocody. Ils sont présentement au carrefour du Lycée moderne de Cocody, non loin du président Bédié » lisait-on sur les réseaux sociaux, dans l’après-midi.

Quelques minutes après, les manifestants ont gagné le domicile du président du Pdci-Rda. Beaucoup d’entre eux portaient des tee-shirts rouges. Le meneur des manifestants, Awassa Abdul, tenait un sceau contenant du sang rouge vif qu’il a déversé le long de la clôture du président. Ambiance !

Pour rappel, les propos du président Bédié la semaine dernière sur l’orpaillage clandestin, la fraude sur l’identité et les conflits communautaires, lui ont valu le recadrage du gouvernement par une sortie musclée du porte-parole du gouvernement qui a condamné la sortie du président du Pdci-Rda.

La réaction du PDCI-RDA ne s’est pas faite attendre par la voix de son secrétaire exécutif chargé de la Communication, le Ministre Jean Louis Billon, denoncant des propos sortis de leur contexte pour salir l’image de Bédié, et apportant les preuves de toutes les affirmations du président du PDCI.
Nous y reviendrons.

Ivoirebusiness

0
0
0
s2sdefault

Les 3 priorités de Mahamadou Issoufou, nouveau président en exercice de la CEDEAO

Actualités de Guinée Conakry. Nouvelle Répulique de Guinée, www.nrgui.com Après son élection, par ses pairs, à la tête de la CEDEAO, le chef de l’Etat nigérien, Mahamadou Issoufou, a défini ses priorités axées sur la sécurité, la démocratie et l’intégration économique.

« J’accorderai une grande priorité à la sécurité régionale, la consolidation des institutions démocratiques et l’intégration économique de nos Etats », a déclaré le nouveau président de la CEDEAO, Mahamadou Issoufou, dans son discours de clôture de la 55è session de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenue le 29 juin 2019 à Abuja au Nigéria.

Remerciant ses pairs pour la confiance placée en sa personne et au peuple nigérien qu’il représente, Mahamadou Issoufou a souhaité être à la hauteur des attentes, celles de faire faire à la communauté un pas supplémentaire sur la voie de l’intégration politique, économique et sociale des Etats. « Certes, pour y parvenir les défis sont nombreux, mais je m’attèlerai, au cours de ce mandat, à faire en sorte que des avancées significatives soient enregistrées », a-t-il rassuré.

Dans son discours, le chef de l’Etat nigérien a rappelé que les pays de la CEDEAO sont encore loin d’atteindre les objectifs fixés de « faire de l’espace communautaire une région sans frontière, paisible, prospère et cohérente » conformément aux aspirations exprimées dans la vision 2020.

0
0
0
s2sdefault

Alpha Condé aura-t-il le soutien de la France ?

Actualités Guinée Conakry. Nouvelle République, www.nrgui.com La question mérite d’être posée. Alors que les contestations contre les velléités de réforme constitutionnelle ne faiblissent pas, la France affiche encore une réaction très prudente sur le pourrissement en cours de la situation en Guinée.
Auditionné mardi par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale française, Jean Ives Le Drian a adopté un langage plus diplomatique pour évoquer les velléités de réforme de la Constitution en Guinée Conakry, selon Rfi.
« Sur la Guinée, oui je sais, mais je suis en séance publique donc je ne peux que constater comme vous une situation qui peut être préoccupante », a indiqué le ministre des affaires étrangères de la France.
Pourtant cette réforme constitutionnelle en projet pourrait permettre au président Condé de se maintenir au pouvoir, ce qu’interdit l’actuelle Constitution.
Mais le dirigeant guinéen a été fragilisé par une défection de taille. Son ministre de la Justice, deuxième personnalité du Gouvernement a démissionné. Raison principale invoqué par Cheick Sako, son opposition au projet de modification ou de changement de la constitution.
A suivre...

0
0
0
s2sdefault