« Vous avez volé mes rêves ! », lance Greta Thunberg aux dirigeants du monde (Vidéo)

 

De l'échange chlorophyllien à létranglement clodophilistin.

En cinquième au lycée, nous apprenions que les végétaux respiraient du gaz crbonique pour vivvre et que nous les humains nous respirions de l'oxygène pour vivre et rejetions du gaz carbonique pour que les plantes vivent. (Photosynthèse)

Eh bien, la mondalisation nous dit pas du tout ! Les pays développés du Nord, et la Chine, expirent leur saloperie de CO2, que nous trinquons, foudroyés, aveuglés et donc incapables de voir "Le pillage du Tiers-monde " (Pierre Jalée, édition Maspéro ?).

Youth Climate activist Greta Thunberg speaks during the UN Climate Action Summit on September 23, 2019 at the United Nations Headquarters in New York City. (Photo by Johannes EISELE / AFP)Greta Thunberg lors du sommet pour le climat, à l’ONU, à New York, ce lundi 23 septembre. (JOHANNES EISELE/AFP)
« Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan », a lâché la jeune égérie de la lutte contre le réchauffement climatique.
Par L'Obs avec AFP

Publié le 23 septembre 2019 à 17h11

Dans un discours furieux à l’ONU, la jeune Suédoise Greta Thunberg, qui a traversé l’océan Atlantique à la voile pour venir s’exprimer lors de ce sommet consacré au climat, a réprimandé les dirigeants de la planète réunis à New York pour leur inaction contre le changement climatique.

Mais pourquoi détestent-ils tant Greta Thunberg ?
« Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan », a lancé Greta Thunberg, la voix tremblante mais forte, lisant un texte préparé.

« Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. »
« Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »

Que pensez-vous vraiment de Greta Thunberg ? Notre « thunbergomètre » vous répond
« Les jeunes commencent à comprendre votre trahison »
Ce court discours est l’un des plus percutants que l’adolescente de 16 ans ait prononcés depuis son arrivée aux Etats-Unis fin août.

Elle a, comme elle l’a déjà fait à l’Assemblée nationale à Paris, répété les faits scientifiques confirmant le réchauffement accéléré de la planète, puis s’en est pris aux chefs d’Etat et de gouvernement présents au même sommet, auquel le secrétaire général de l’ONU l’avait invitée.

Pendant que Greta Thunberg parlera à l’ONU, les climatosceptiques regarderont ailleurs
« Vous nous avez laissés tomber. Mais les jeunes commencent à comprendre votre trahison », a dit Greta Thunberg.

« Si vous décidez de nous laisser tomber, je vous le dis : nous ne vous pardonnerons jamais. Nous ne vous laisserons pas vous en sortir comme ça. »
« Le monde se réveille, et le changement arrive, que cela vous plaise ou non. Merci », a-t-elle conclu, très applaudie dans la grande salle de l’Assemblée générale.

Emmanuel Macron appelle au dialogue avec la jeunesse
Intervenant peu après la militante suédoise, Emmanuel Macron s’est dit « frappé par l’émotion » exprimée par tous les jeunes venus ce lundi au sommet de l’ONU. « Je crois qu’aucun responsable politique ne peut rester sourd à cette exigence de justice entre les générations », a-t-il déclaré. Il a appelé à une discussion collective entre « notre jeunesse, nos sociétés, nos entreprises, nos investissements, les chefs d’Etat et de gouvernements », sinon « nous risquons d’avoir un dialogue de sourds pour longtemps entre la dénonciation à laquelle aucune action ne suffit à répondre, et de l’autre côté des listes d’actions qui ne sont jamais suffisantes, et où on se dirait à nous-mêmes, “regardez, on a déjà bien travaillé” ».

« Le seul moyen d’avoir des sommets utiles, d’agir utilement avec nos sociétés et notre jeunesse, c’est aussi d’échanger sur ce qu’on comprend et ce qu’on ne comprend pas [...] pour répondre à cet impératif de la lutte contre le réchauffement climatique et pour la biodiversité », a-t-il ajouté.
Le président français a notamment appelé les Etats à « changer la rapidité de [leurs] réponses, rester dans l’accord de Paris et être pleinement en conformité avec ces objectifs ».

Plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron avait taclé les manifestants pour le climat, conseillant aux jeunes d’aller aussi « manifester en Pologne » pour l’aider « à faire bouger ceux » que lui « n’arrive pas à faire évoluer » sur la lutte contre le changement climatique. « Défiler tous les vendredis pour dire que la planète brûle, c’est sympathique, mais ce n’est pas le problème », a-t-il estimé dans des déclarations faites à la presse.

L'Obs

0
0
0
s2sdefault