SALAM ALAIKUM - LA SOURATE 67 - AL MULK AU CENTRE DU DEBAT 01 01 15 IMAM YSSOUF DOUMBIA

Al Hamdou lillah, Rabbil A'lamine
Je demande au Tout Miséricordieux de guérir tous les malades, mes amis, mes parents, les musulmans, toutes les créatures.
Ya Châfi,
Wa Salam,
El Hajj Saïdou Nour Bokoum
www.nrgui.com
source : JR Show/afrique 2050

0
0
0
s2sdefault

SALAM ALAIKUM - EMISSION PRESENTEE PAR L IMAM YSSOUFF DOUMBIA LA DERNIERE EMISSION DE L ANNEE 2014

0
0
0
s2sdefault

L’Allemagne bouleversée par le sacrifice d’une jeune Turque

 

 
A Berlin, dimanche, rassemblement à  la mémoire de Tugce Albayrak, jeune Turque de 23 ans tuée pour avoir défendu deux jeunes filles agressées dans la nuit du 14 au 15 novembre 2014, à Offenbach (Hesse).

Les uns la qualifient d’« héroïne », d’autres d’« ange ». Pour Joachim Gauck, le président de la République, « Tugce est un exemple pour nous tous ». Depuis quelques jours, le destin de Tugce Albayrak, 23 ans, morte pour avoir défendu deux adolescentes agressées par des voyous, bouleverse l’Allemagne.

Les faits restent assez confus. Dans la nuit du 14 au 15 novembre, vers 4 heures du matin, des jeunes gens s’en prennent à deux jeunes filles dans les toilettes situées au sous-sol d’un McDonald’s situé à Offenbach, en périphérie de Francfort (Hesse). Tugce cherche alors à s’interposer. Quelques minutes plus tard, sur le parking du restaurant, Senal M., un jeune de 18 ans, la frappe à la tête. Son crâne heurte le sol : la jeune fille ne reprendra jamais connaissance. Vendredi 28 novembre, jour de son 23e anniversaire, ses parents font débrancher les appareils qui la maintiennent artificiellement en vie. On apprend alors que Tugce avait fait don de son corps à la médecine.

Courage civique

Depuis plusieurs jours, l’émotion est grande dans la Hesse, mais aussi dans le reste de l’Allemagne. Plusieurs rassemblements, auxquels ont participé des centaines de personnes, ont été organisés, tant devant le fast-food que devant l’hôpital où elle était soignée. Des bougies ont été déposées devant celui-ci, un piano y a même été transporté pour que des proches puissent jouer ses airs préférés.

Dimanche, à Berlin, bravant le froid, plus de 200 personnes se sont recueillies pour honorer sa mémoire. Sur Internet, plus de 100 000 personnes ont déjà signé une pétition réclamant que Tugce soit récompensée à titre posthume pour son courage civique. Une proposition que le président de la République va étudier, comme le veut la procédure. « Cette jeune fille mérite notre reconnaissance et notre respect. Elle restera toujours un exemple. Tout notre pays s’associe à votre peine », a écrit M. Gauck aux parents de Tugce. L’affaire fait également la « une » des journaux turcs. « Des milliers de personnes en Allemagne disent merci à une jeune fille turque », raconte le grand quotidien Hürriyet.

Dimanche, à Offenbach (Hesse), rassemblement devant l'hôpital où est décédée Tugce Albayrak, jeune Turque de 23 ans tuée pour avoir défendu deux jeunes filles agressées dans la nuit du 14 au 15 novembre 2014.

« Connu des services de police »

Si l’on en sait peu sur l’origine du drame, c’est notamment parce que les deux jeunes filles, premières victimes de l’agression, ne se sont pas manifestées immédiatement auprès de la police. La police est cependant parvenue à les identifier. Elles auraient 13 et 16 ans, seraient blondes et étaient, semble-t-il, ivres au moment des faits. Lors des rassemblements de ces derniers jours, nombreux ont été les appels lancés pour qu’elles se rendent à la police afin de donner leur version des faits. Rapidement identifié grâce aux caméras de surveillance placées sur le parking, puis arrêté, Senal M., « connu des services de police », n’est pas sorti de son silence. On ne sait donc rien de ses éventuels comparses.

En revanche, sa page Facebook révèle son admiration pour le rappeur Aykut Anhan, plus connu sous le pseudonyme de Haftbefehl (« mandat d’arrêt »). Une photo montre même le jeune homme photographié au côté de son idole. Or Aykut Anhan, âgé de 28 ans, a confié au Spiegel connaître la famille de la victime. Résultat : ce rappeur connu pour la violence de ses textes se remet en question. « Je dois réfléchir si je peux continuer à faire cette musique », a-t-il confié à l’hebdomadaire. Son dernier album vient de sortir. Son nom : Roulette russe.

 
0
0
0
s2sdefault

Poème sur Cheikh Ahmadou Bamba Khadimu Rassul (saws)

Je rends grâce à Dieu, l'Exalte
Qui m'a inspiré à écrire sur celui
Qui a consacré toute sa noble et riche vie
À mon Maître Seydina Muhamad (saws)

Par le temps, roseau qui ne fane point
Ravi, je foulai Ndiarème
Baignant dans ma muse, colombe libre
Aux cieux plissés en arc ondulé
Terre promise, tapis étalé, le périmètre sacré
Dévoile la venue du sublime panégyriste, Khadimu Rassul (saws)

Je fus ébloui par tes poèmes
Qui ont exalté les esprits et les cœurs,
Dédiés au Bien aimé Muhamad (p.s.l)
Ces poèmes ont fait  vibrer les âmes dans leur multidimension
Et bercer le cœur de Mbacké-Bâri, de Mbacké Baol,
De Mbacké Cadior, de Porokhane
De Bamba et de tout l'univers.

Tu es devenu serviteur attitré du Prophète (p.s.l)
Et tu as laissé le champ libre à la plume
Octroyant une muse parfaite à tous ceux
Qui ont eu un désir de Le chanter et de Le magnifier.

Ce désir de le chanter procure à l'être adamique un amour pur
Un fondamentalisme spirituel ardent
Et une manière rationnelle et raffinée
Qui permet au corps de communiquer avec l’esprit, la matière incluse.

De cette matière, sont nés le doute, l’oubli et les critiques ;
De cette même matière, sont aussi nés le pardon,
La tolérance et l’attachement aux principes fondamentaux
Qui poussent l’être humain à déceler son impertinence
Et à la canaliser, à toucher son ignorance et à lui tourner le dos.

L'injection le doute dans les veines
Conduit l'être à perdre l'équilibre et à noyer sa raison
Et pourtant, dans ses mêmes veines dorment
Un amour profond et une sagesse sans commune mesure,
Tes sublimes vers les ont tous déclenchés.

Ton amour pour le Prophète Muhamad (p.s.l)
Qui a occupé tout le périmètre de ton cœur,
N’a laissé aucune parcelle à qui que se soit ;

Tu L’as chanté sans relâche,
En Lui vouant respect et admiration,
Lui consacrant tout ton temps,
Et au delà de ce temps, tu as vécu dans le temps de ton temps!

Et Lui plein de dons, rempli de sagesse,
Généreux à tout point de vue,
D’une humilité incomparable, t’a invité
En présence de cette belle assemblée d’érudits,
En faisant de toi son serviteur attitré.

Khadim Rassoul mena un combat non violent
Qui convoque la raison au canal de la sagacité,
Qui implique une poésie douce et engagée.

Ce noble engagement l’a conduit à l’exil;
Cet infini courage l'a conduit au retour triomphal
Qui rappelle Makkah accueillant son Maître sans effusion de sang.

Dans ses odes d’invocation,
Il signalait aux occidentaux
Que l’Homme exceptionnel qu’il chantait
Demeure la meilleure des créatures.

Dans un profond ascétisme
Khadimu Rassul eut du Seigneur, un espace inviolable
Espace dans lequel, il solidifia sa relation avec son Maître Muhamad (psl),

Le Tout Puissant n'a-t-il pas fait de lui, un refuge
Pour tout être cherchant sa voie !

Quand le Tout Puissant tisse des liens avec une de ses créatures
La séparant de ses ascendants ;
Il lui confie une mission
Avec comme contenu, la Lumière du Prophète (saws)

Il exerce toute Sa Souveraineté
Sur ses créatures pré-choisies afin de leur octroyer
Des espaces inviolables où elles ont toute la latitude
De magnifier l’Envoyé de marque, le Maître des hommes,
La Muse éternelle, Muhamad "Aleyhi Salaatou wa Salam"

Ces espaces intangibles,
Comme la résidence surveillée à Ndiarème,
Ses exils en Mauritanie et au Gabon à Lambaréné
Et ses différents isolements dans les bâteaux
Sont les preuves authentiques que Khadimu Rassul
A eu le grand privilège de chanter le Prophète (psl)
Avec la bénédiction de son Seigneur qui a entériné
Le grade de serviteur que le Prophète (psl) lui a conféré.

Au cours de sa riche existence,
Cheikh Ahmadou Bâ fils de Mame Mor Anta Saly entretenait
Une relation hautement scellée
Avec Muhamad fils d’Abdallah et petit-fils d’Abdoul Moutaleeb.
Qui conduit à une relation blindée
Entre Khadimu Rassul et Muhamadur Rassulallah (p.s.l).

 La rigueur poétique de Khadimu Rassul
 À chanter avec un art consommé, l’Intercesseur (saws)
 Rappelle l'engagement des inconditionnels du Prophète Muhamad (saws).
La poésie de Khadimu Rassul est un sabre aiguisé
Qui pousse les êtres à se rationnaliser et à comprendre
Que l’unique voie à suivre est celle de DIEU
Et l’unique Envoyé à chanter était Aleyhi Salaatou wa Salam.

Khadim Rassul devait gérer
Deux situations toutes défavorables à l’Islam:
La royauté drainée par un style païen et l’envahisseur occidental.

Khadimu Rassul est le recteur de l’université dans laquelle
Ne sont admis que les panégyristes du Prophète (p.s.l).
Et tu as fait en sorte qu’ils soient tous sans exclusion
Traités dans les meilleures conditions.
Tu as rendu leur séjour dans cette université
Agréable jusqu’à ce que même diplômé,
On préfère y rester éternellement.

Toi, recteur infatigable de cette université,
Tu as décidé d’y rester,
Car, écrire sur Aleyhi Salatou wa Salam
Est ton viatique, ta demeure, qui fait vivre à jamais ton âme,
Tes veines et ta non-violence.

De par tes enseignements, tu as su montrer
comment le Prophète Muhamad (psl)
A conduit durant seulement 23 brillantes années
Le monde à de réelles transformations, à des mutations
Qui ont permis aujourd’hui aux institutions internationales,
De se référer à ses enseignements en temps de guerre comme de paix,
D’appliquer son modèle de politique socio-économique et culturel.

Un être immunisé de toute critique,
Est un être capable de défendre son choix de vie
Dans la détermination quoi qu’il  puisse lui arriver,
Les oppressions comme les pressions.


Parler de Khadimu Rassul est très aisé
Pour un inconditionnel du Prophète Muhamad (psl);
Un homme d’une grande humilité, de tolérance,
Toujours porté à la non-violence
Tant sa personne-lumière est en phase permanente
Avec son maître Muhamad (psl) et le Dieu de Miséricorde (SWT)

Dés lors, on ne saurait disserter sur son œuvre colossale
Qu’avec une plume non-violente pour rester
En communion avec lui, pure sagesse.

Le colonisateur armé jusqu’aux dents
Venait d’avoir un adversaire redoutable en ta personne-lumière
Sans arme ni violence mais doté d’une foi inébranlable.

L’exil décrété par le colonisateur cachait une condamnation à mort
Car il était persuadé que le métabolisme d’un sahélien
Supporterait très mal le climat équatorial humide,
Mais celui de Khadimu Rassul était de loin
Un métabolisme ordinaire puisque dissout
Dans la Lumière Sublime de Aleyhi Salaatu wa Salam
Et prêt à affronter toute sorte de maltraitance;
Ta bravoure est légendaire et exceptionnelle!

Ton voyage vers l’Ile de Mayumba si long soit-il,
Tu ne l’as point senti car,
Tu étais toujours accompagné de ton Maître Al Mustafa (saws),
Du noble Coran et de ses illustres compagnons.

Tu fus pressé d’arriver à bon port,
Pour t’installer dans les secrets mystiques,
Qui te liaient avec tes poésies dédiées au Prophète (psl)
Qui ne cessait de t’arroser dans les flots de son altruisme,
Incrustant à jamais ton nom si doux à prononcer,
Dans les falaises où coulent les eaux bénies de Kawthar.

Tes poèmes d’une rare beauté et d’un tel raffinement
Ont été élevés au rang de remède contre
Toute sorte de maladies et de détresses
Par le sublime Maître, le Prophète Muhamad (psl).

Il a fait de ton nom, Cheikh un trésor gravé en lettres d’or
Dans les couloirs des paradis; cavité des cœurs,
Il a fait de ton nom, Ahmadou des pépites
Scintillantes de mille lumières dans les veines du bonheur,
Sang pur, lavé de toute souillure.

Il a inscrit dans le registre suprême Mohammadien serti de  feuilles d’or,
Ton nom de Khadimu Rassul grade d’un magistère sans tâche.
Ton œuvre colossale dédiée au Prophète (p.s.l)
N’a pas fini d’étonner les mondes temporel et  spirituel.
Tu es devenu maître de ton sommeil
Et la plume n’a jamais quitté tes doigts
En contact permanent avec l’esprit-poète.

Le charme de ton élégance a fait de ton corps
Un concurrent de ton âme dans la voie
Qui mène à la Sublime et éternelle lumière divine.
Et de ton âme, un voisin attitré du Maître des âmes.

En faisant face à tes oppresseurs dans la détermination,
Tu as facilité ton élévation vers ton Seigneur
En compagnie de ton Maître Muhamad (psl) ;
Tu es devenu source d’interpellation;
Tes poèmes dans le classique arabe montrent sans nul doute
Que tu es le verbe béni et engagé, l’inspiration pure
Tirée de la source intarissable mohammadienne.

Et tu es, Ô, Khadimu Rassul, le sage poète
Qui enrichit la poésie de beaux vers,
De belles rhétoriques qui lient élégance à bienveillance
Et Lui Muhamad (psl) a fait de toi, une beauté
Dont nul ne peut résister dans la Grâce Divine.

Ton maître immunisé a reçu autant de critiques que tu n’en recevras;
Il continue de recevoir chez ses inconditionnels éloges
Et élégies qui plongent nos âmes dans le pardon et la tolérance;
Cette tolérance elle est Médinoise, puis mecquoise, « ndiarémoise »….

Tu m’as montré dans le mysticisme nocturne
Cette grande résidence de 40 tours qui fait face
À la mosquée de Touba dont le nom de Jawhari
Est incrusté en or à son sommet.

Et Lui le Généreux nous a montré combien il tenait à toi,
Toi qui Lui as donné ce beau nom de fine fleur.

Il nous a fait l’honneur de nous montrer ta demeure
À ses côtés dans cette merveilleuse avenue
Où coule le miel doux sans arrêt,
Et où les meilleures dattes sont servies sans interruption.

Dans ta grande mansuétude,
Tu continues de prier pour tes détracteurs
Car, ils étaient hier un groupe d’occidentaux
Avec une hargne anti-islamique  et de familles princières païennes
Et aujourd’hui, ils sortent de partout car, tu es devenu universel
Grâce à ta poésie qui est du miel pur qui procure à la chaire
De nouvelles cellules en équilibrant le métabolisme, à l’âme une nouvelle force,
Et une totale soumission à DIEU le Tout Miséricordieux.

-Que DIEU qui t’a octroyé cette popularité mystique continue de la sécuriser.

-Que DIEU qui a fait de toi un inconditionnel du Prophète (psl)
  Demeure le Seul à gérer ton amour pour lui
  Et continue de l’annoncer à toutes les âmes.

  -Que DIEU qui t’a procuré un espace inviolable la sécurise
   À l’heure où le Prophète (psl) réunit sa « commission » d’Intercession.

-Que les 124000 portes ouvertes en ton honneur
  Grâce à Lui Aleyhi Salaatou wa Salam, père de Ibrahim
  Ne se referment plus jamais et qu’elles soient nos passages
  Au moment de quitter rassasié l’université des panégyristes
   Que nos âmes ne quitteront guère.

-Que les 313 canaux ouverts pour ton élévation
  Soient le socle de ta mosquée ; merveille universelle
  Et le socle de ton peuple, communauté brillante et respectueuse.

-Que les 25 prestiges demeurent les lumières de ton champ
  Sécurisé par ton Bienaimé (psl)

-Que le Prophète Muhamad (psl) reste à jamais
  Le Maître qui a fait de toi ce que tu as fait
  Du mouridisme et de la « mouridalité ». AMINE.

Salla'Lahou 'ala Muhamad (saws)
Salla'Lahou 'ala Muhamad (saws)

     Sheikh Alassane Sene "Tarée Yallah"
Humble serviteur du Prophète Muhamad (saws)

 

0
0
0
s2sdefault

L'Arabie Saoudite envisage de détruire la maison du prophète pour un projet immobilier de luxe

Les autorités saoudiennes envisagent de détruire la maison natale du prophète de l'islam, Mohammed, située dans la ville de La Mecque, car l'édifice serait un obstacle à un vaste projet immobilier, prévoyant la construction d'un palais royal et d'un centre commercial de luxe.

La demeure dans laquelle le prophète de l'islam Mohammed aurait, selon la tradition, vu le jour vers 570 à La Mecque (Arabie-Saoudite), serait menacé de destruction. Selon nos confrères britanniques du quotidien "The Independant", l'édifice, ou du moins ce qu'il en reste (à gauche sur la photo ci-dessous), représenterait ainsi un obstacle au développement d'un vaste projet immobilier qui prévoit la construction d'un palais royal et d'un centre commercial de luxe.

Depuis quelques années, la ville sainte des musulmans fait l'objet d'un plan d'aménagement urbain qui s'inscrit dans une logique d'expansion de la mosquée sacrée Masjid al-Haram, qui accueille tous les ans des millions de pèlerins à l'occasion du rituel du Hadj, l'un des cinq piliers de l'islam. C'est d'ailleurs cette affluence importante ainsi que l'effervescence environnante qui aurait incité les autorités saoudiennes à repenser le lieu abritant la Kaaba, pour en faciliter l'accès et les services. Difficile de ne pas y voir un opportunisme vénal, tant cette manne financière, que représentent fatalement les pérégrinations touristiques, s'avère colossale. 

Selon The Independant, qui cite le Gulf Institute (un think tank basé à Washington), ce chantier de réaménagement aurait déjà provoqué la destruction d'une centaine de monuments et autres sites historiques, soit 95% des édifices millénaires de la ville. Un patrimoine archéologique inestimable qui est peu à peu sacrifié sur l'autel du luxe et du commerce avec la construction de grands hôtels et de boutiques, destinés à une riche clientèle, sur des sites ancestraux chargés d'histoire. 

Signe de cette "folie des grandeurs" qui empiète sur l'héritage culturel de La Mecque, deux colonnes ottomanes, érigées il y a plus de 500 ans en l'honneur de l'épisode coranique du Miraj (ascension du prophète Mohammed vers le paradis où il aurait rencontré, entre autres personnages bibliques, Adam, Jésus et Abraham), ont été détruites l'an dernier. Une démolition que rapporte le docteur Irfan al-Alawi, membre éminent de l'Islamic Heritage Research Foundation, dans l'article de The Independant. En 2012, ce sont même des vestiges de la maison du prophète et de sa première épouse Khadija qui avaient été démolis pour construire des toilettes publiques.

Récemment fermée au public alors qu'elle constitue l'un des lieux de cultes les plus visités sur place, la demeure natale du prophète de l'islam (plus connue sous le nom de "maison du Mawlid"), pourrait donc être le prochain bâtiment victime de ces aménagements, car son emplacement coïnciderait avec les plans de construction d'un palais pour le roi d'Arabie saoudite Abdallah. 

Toutes ces démarches illustrent parfaitement le souhait, assumé du reste, du pouvoir saoudien de faire de La Mecque une destination touristique de luxe, quitte à en faire disparaître ses plus illustres références religieuses. C'est là toute l'ambivalence d'un régime fortuné, qui se réclame pourtant d'un islam wahhabite rigoriste, 

Mathieu D'Hondt (@DHondtMathieu) - Crédit photos © AP

 

0
0
0
s2sdefault