dadié

Bernard Dadié, un des

 pères de l’Afrique libre rejoint ses pairs, les Immortels.

Un baobab, un fromager, le Cailcédrat royal de l’autre géant, Césaire

Eïa pour ceux qui n’ont jamais rien inventé !

Parvenu à la station du Baoba-CaïlcédratFromager, chefs ou couvre-chefs de l’Arbra à palares, ils plantent l’universel au cœur du village natal Ousmane, selon la formule d’un autre docker, laptot de l’océan sans rivages de La Terre de nos Ancêtres, Sembene Ousmane

0
0
0
s2sdefault

Kabéé Camara :

Journée internationale de la femme : « Il ne s’agit plus de faire des discours creux,  pompeux, ... Il s'agit d'être concret afin de rassurer nos braves femmes » (Me Abdoul Kabelé Camara )
 
Célébrant la 42ème journée internationale des femmes, avec celles de sa formation politique, le RGD, Me Abdoul Kabelé Camara, ne semble pas partager la façon dont cette fête est célébrée en Guinée, par les dirigeants. 
 
Pour lui, cette journée, est pour la défense des droits des femmes, de leurs libertés, pour leur épanouissement, pour leur autonomisation vraie.
 
« Il ne s’agit plus de faire des discours creux,  pompeux, vains, sans suite, sans lendemain. Il s'agit d'être concret afin de rassurer nos braves femmes, nos braves épouses, nos braves sœurs, nos filles, elles aspirent à une meilleure qualité de vie », martèle l’ancien ministre de la sécurité et de la protection sociale, aujourd'hui président du parti Rassemblement Guinéen pour Développement (RGD), le 08 mars dernier à Matam.
 
Me Abdoul Kabelé Camara, a saisi également cette opportunité, pour dit-il rendre un vibrant hommage à toutes ces femmes et à tous ces hommes de 1958 à nos jours, qui se sont battus pour la défense des libertés, la démocratie, de l'alternance démocratique. 
« Pour des élections transparentes vraies, justes équitables, non teinté de tricheries, de drames et à tous ceux qui sont tombés de 1958 à nos jours », dira l'ancien proche collaborateur du président Alpha Condé.
 
Yaya Diallo  
 
 
0
0
0
s2sdefault

Soumah

Bismillah

0
0
0
s2sdefault

Baisse de 500 GNF sur le litre de carburant : « C’est une insulte au peuple de Guinée », réagit Aboubacar Koita

Le gouvernement guinéen vient de décider de la baisse de 500 GNF sur le prix du litre de carburant à la pompe.

La décision a été prise, ce jeudi 27 décembre 2018, à la faveur du conseil des ministres ordinaire, présidé par le Chef de l’Etat.

Cette baisse de 500 GNF, qui est présentée comme un cadeau de noël, semble mal reçue dans l’opinion.

Au sein de la société civile, cette mesure semble même irriter.

Aboubacar Koita, coordinateur de la cellule de communication des Forces Sociales de Guinée, dénonce avec la dernière énergie cette mesure de baisse. Il parle même d’une insulte faite au peuple de Guinée.

« Nous ne sommes pas d’accord, la réduction à 500 GNF, est une insulte au peuple de Guinée. L’Etat doit respecter, pour une fois, le principe qui gouverne la fixation du prix du carburant », a réagi Aboubacar Koita, au bout du fil de notre rédaction.

Le coordinateur de la cellule de communication des Forces Sociales de Guinée, fait savoir déjà que cette mesure ne restera pas sans conséquences.

« Nous avons un sentiment de déception par rapport à cette diminution. Nous sommes en train de programmer des concertations, pour prendre une nouvelle décision qui va s’imposer », a-t-il annoncé, avant d’en appeler à une mobilisation des citoyens.

Les jours et semaines à venir, nous en édifieront !

Saidou Barry

0
0
0
s2sdefault

Du Meurice au Rafael Alpha au régime sec ? Pas du tout tous les patrons français y défilaient et Bolloré trépignait

Actualités de Guinée Conakry, 19/04/17. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com. En visite officielle en France du 11 au 13 avril, Alpha Condé a bénéficié des ors de la République française qui l'a logé au Meurice dans le 1er arr. de Paris avec limousines à disposition et prises en charge des frais de bouche. Las, au terme de cette visite le président guinéen a dû se rabattre sur le Raphaël, son hôtel préféré, mais de moindre standing, situé près des Champs-Elysées, où lui et sa délégation ont dû régler leurs factures. De quoi nourrir l'empressement de l'actuel président de l'Union africaine de quitter Paris. Dès le 13 avril, il s'est envolé au Maroc pour quelques jours de repos.

La Lettre du Continent

0
0
0
s2sdefault