Ces promoteurs de 3eme mandat pour Alpha Condé, qui sont-ils ?

Depuis son indépendance, les chefs d’Etat qui se sont succédé à la tête de la Guinée sont quasiment tous tombés dans l’ivresse du pouvoir. Cette façon de gérer le pays comme sa cour personnelle. TOURE à CONTE accumulent à eux seuls 50 ans de règne. En 2010, Alpha CONDE, l’universitaire, opposant historique vient au pouvoir par la voix des urnes. Si les doutes existaient sur sa capacité à faire décoller économiquement notre pays, cependant on aurait jamais imaginé, qu’après 40 ans de lutte politique pacifique à son actif, il serait aussi atteint du syndrome de l’ivresse du pouvoir.
Cette maladie que je nomme ’syndrome de l’ivresse du pouvoir’ empêche sa victime de voir la réalité en face, de cerner la réalité manifeste et évidente. Alpha Condé peut l’éviter. Il ya juste un groupe qui est entrain de lui faire croire le contraire, qui est en train de le ‘’Koudéisé’’, c’est-à-dire le faire croire qu’il est indispensable. Ce groupe est le même que celui qui a fait de Sékou TOURE, le Responsable suprême, qui s’était ensuite mue en faux démocrate auprès du Général Conte avant de le faire couler avec le pays. C’est le groupe des « Vautours ». Il est constitué de ces cadres véreux, qui ont bâti leurs fortunes en ponctionnant les caisses publiques, des hommes d’affaires bénéficiant des contrats de gré à gré, des politiciens médiocres qui monnayent le soutien de leur communauté par des décrets. Ils sont à l’origine des multitudes ‘’mouvements de soutien’’ avec des dénominations frôlant le ridicule comme : walou akha kha wali kharagnon.

Le second groupe est celui des Radicaux communautaristes, composé des frustrés du PDG qui nourrissaient l’idée d’une succession tribale après la mort de Sékou Touré, ils sont partisans de l’hégémonisme »malinké ». Pour convaincre les malinkés de les suivre dans leur forfaiture, on attise le spectre de la vengeance ethnique que les ‘’Peuls’’ prépareraient contre le Manding. Pour eux, le pouvoir appartient aux Malinkes, ils doivent donc le conserver et cela passe impérativement par un troisième mandat pour Alpha Condé, la conservation du pouvoir sous l’escarcelle de la communauté manding. Ce groupe est le plus dangereux, parce qu’il est prêt à tout. C’est aussi le plus facile à combattre, car son argumentaire peut être décousu facilement dans un pays comme le nôtre. L’opposition doit juste chercher à rassurer dans ses discours.

Le troisième et dernier groupe est celui des opportunistes. Ce ne sont là pas des opportunistes qui font la navette entre mouvement et opposition mais un nouveau type d’opportunistes ; il s’agit de ceux là qui estiment qu’il faut envoyer la classe politique actuelle à la retraite. Ce groupe est constitué de ‘’jeunes’’ leaders politiques en herbe et, des figures montantes aux seins des principaux partis politiques traditionnels. Ces derniers ont du mal à faire valoir leurs idées et à exister face aux anciens ‘’dragons’’. Ces jeunes ont des ambitions et rêvent une carrière politique ; ils sont pressés, le troisième mandat serait donc une aubaine, ou, un mal nécessaire pour prendre la place des ainés qui seront sans doute désavoué à cause de leurs échecs. La stratégie de communication de ce groupe est d’amener l’opinion à ne plus faire confiance aux ‘’anciens’’ pour combattre Alpha Condé : ‘’cette opposition ne peut pas empêcher Alpha d’avoir un troisième mandat’’, ‘’ces opposants, constitués des anciens premiers ministres ne sont pas les mieux placés pour demander Alpha de ne pas briguer un troisième mandat, car ce sont eux qui ont créé le Koudéisme’’. Voilà les principaux angles de communication qu’ils empruntent. Ce sont eux qui sont entrain de plus agir en ce moment, pour, nettoyer nos cerveaux, préparer nos mentalités à cette éventualité qui serait « inévitable ».
Enfin, chacun est situé maintenant, l’heure n’est plus à la dénonciation mais à l’action. Les opposants a une confiscation du pouvoir devraient s’atteler à trouver une stratégie commune, anticiper les choses, il s’agit de mener en commun (les principaux partis d’opposition avec la société civile) des campagnes porte à porte pour planifier une probable contestation dans la rue. Bref, le salut des démocrates viendrait de la rue..... En bon entendeur salut !
Ousmane Moriah KABA, Activiste Politique

Facebook

0
0
0
s2sdefault