Quand le GOHA baisse les rideaux, la Ville est vraiment sans vie

Actualités de Guinée Conakry, 24/07/17. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com.
NB : Je ne me souviens plus lors de quelle ville morte décidée par l'opposition, un ami et moi avions fait tout Conakry. Les commerçants qui avaient suivi le mot d'ordre avait siplment, prudemment baissé rideaux. Mais quand nous nous sommes "amusés" à demander si l'on pouvait acheter un petit Coyayé, " bien sûr, vous vous voulez autre chose ?"  Nous sommes éloignés. Rares étaient les boutiques qui avaient vraiment suivi le mot d'ordre de l'opposition. Même sur "l'Axe.." acquis, la circulation était à peu près normale.Je ne sais plus ce qui s'étaitt passé, car le GOHA annonça son mot d'ordre. La ville fut vraiment sans vie. Donc le 2 août doit être attendu avec braucoup de sérieux. Comme le GOHA, Was-Salam, Saïdou Nour Bokoum,.
 
DECLARATION DU GOHA

Au cours de la conférence de presse tenue le 10 Juillet 2017 par le Collectif des victimes des pillages de 2013, nous avons informé l’opinion nationale et internationale notre demande réitérée auprès du gouvernement de dédommager les victimes que nous sommes.

 Nous tenons à rappeler que notre marche prévue le 03 Août 2017 reste maintenue Inch’Allah !

Aussi importe- t-il de rappeler que le 1er Décembre 2016, suite à l’accord du dialogue politique du 12 Octobre 2016, par lettre N°1278/MATD/CAB du 1er Décembre 2016, Monsieur le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation avait saisi les Administrateurs du marché de Madina, Ratoma et Matoto : ‘’Monsieur l’Administrateur, dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions contenues dans l’accord issu du dialogue politique

inter-guinéen du 12 Octobre 2016, j’ai l’honneur de vous informer qu’une mission de la commission indemnisation du Comité de suivi en collaboration avec le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation se rendra dans vos locaux, à partir du Mercredi 07 Décembre 2016. Cette mission a pour objet la collecte des informations relatives à l’évaluation des conséquences issues des manifestations liées au déroulement des élections législatives de 2013’’.

Ceci montre on ne peut plus clairement que l’Etat reconnait le bien fondé de l’indemnisation des victimes de tous les pillages. C’est pourquoi nous devons préciser avec insistance que seule la liste des victimes établie par le GOHA à travers des Huissiers de justice assermentés peut servir avec objectivité de référence de base. Sinon comment pourrait-on en toute sincérité après quatre années, recenser toutes les victimes de 2013 en 2016 et en 2017 après la disparition de toutes les traces servant de repère ? Sur quelle base objective ?

Nous affirmons solennellement que nous victimes, nous nous reconnaissons tous à travers la liste établie par le GOHA, sans discrimination, sans considération d’ethnie et de bord politique, et qui a été adressée à toutes les Institutions de la République, aux Chancelleries occidentales, aux Organismes Internationaux,  à la mouvance et à l’opposition ainsi qu’à la presse nationale et internationale.

Face aux menaces à peine voilées contre le GOHA et son Président, nous affirmons que nous sommes et restons membres de cette Organisation et nous la soutenons fermement. Pourquoi ? Parce que le GOHA est la seule Organisation qui nous a soutenus sans relâche et qui continue à nous soutenir.

C’est le lieu de préciser que le Collectif des victimes des pillages de 2013, maintient sa marche prévue le 03 Août prochain s’il n’entre pas dans ces droits.

Et nous demandons le soutien et la participation active de tous les commerçants.

Encore une fois, nous invitons avec insistance notre gouvernement à indemniser les victimes de pillages pour garder la confiance et rester le garant et le justicier au service des populations.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir