Les femmes du FNDC à l’ambassade des USA : « nous ne voulons pas qu’il y ait le feu en Guinée » (porte-parole)

Opposées à un projet de nouvelle constitution en Guinée, des femmes membres du FNDC, après avoir été reçues par l’ambassadeur de France en Guinée, ont eu un entretien, ce lundi avec le chef de la représentation diplomatique des Etats-Unis en poste à Conakry.

Selon Maïmouna Bah, porte-parole de ces femmes du FNDC, deux raisons expliquent cette audience à l’ambassade américaine en Guinée.

« Premièrement, nous avons voulu féliciter et remercier les États-Unis qui se sont démarqués officiellement pour dire qu’ils ne sont pas d’accord pour le changement de la constitution dans notre pays, mais pour l’alternance. Deuxièmement, pour leur dire, que le peuple de Guinée est toujours demandeur afin qu’il fasse plus pour nous aider afin qu’on évite le chaos à ce pays. Tierso, aussi la sonnette d’alarme, parce que la position de la Guinée étant stratégique, nous ne voulons pas qu’il y ait le feu en Guinée. Vous savez vous-mêmes ce qui s’est passé à côté de nous. Vous savez vous-mêmes qu’il y a des terroristes à nos portes. Donc, éviter à la Guinée, ce qui s’est passé en Libye, nous leur avons demandé de peser de tout leur poids, de toutes leur puissance diplomatique pour éviter que ce pays ne brûle et aider à dissuader Alpha Condé et son gouvernement... ».

En retour, confie Maïmouna Bah, l’ambassadeur de l’Amérique a promis de mener des démarches afin d’éviter le tripatouillage de la constitution guinéenne.

« L’ambassade nous a réitéré leur position par rapport au tripatouillage inutile des constitutions et réaffirmé (leur volonté) de défendre toutes les constitutions du monde, particulièrement en Guinée. Ils affirment être avec nous nous et qu’ils feront ce qu’ils peuvent et continueront leurs démarches pour empêcher que la démocratie ne soit altérée dans notre pays », a-t-elle rapporté.

Ces femmes du front, déclarent qu’elles seront au-devant des manifestations annoncées par le FNDC.

« C’est nous qui allons être devant. Nous, nous sommes déjà données en ‘’sacrifice’’ pour que ce peuple-là ne souffre plus », a-t-elle prévenu.

Aïssata Barry

mosaique

0
0
0
s2sdefault