Le Mandela Day, 67 minutes pour lutter contre la pauvreté

                       Cette année, l’accent sera mis sur la lutte contre la pauvreté. C’est ce que souhaite la Fondation Nelson-Mandela, dans l’esprit de justice sociale qui animait « Madiba » (du nom de son clan).

 

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela mort le 5 décembre 2013, ici à Cape Town, le 11 février 2010.  

  • Aujourd’hui, chaque citoyen du monde est appelé à consacrer soixante-sept minutes de son temps à la collectivité, par des actions symboliques ou caritatives. La Journée internationale Nelson Mandela, célébrée tous les 18 juillet depuis 2010, a été créée par l’Unesco afin d’honorer les idéaux pour lesquels le premier président noir d’Afrique du Sud s’est battu, soixante-sept ans durant. Pour la première fois, la fondation qui porte son nom publie un guide du Mandela Day, axé cette année sur la lutte contre la pauvreté. Cape Argus
  • Né le 18 juillet 1918 dans un village de la province du Cap, capitale de l’Afrique du Sud, et mort à 95 ans à Johannesburg, le héros de la lutte contre l’apartheid est issu d’une famille royale de l’ethnie Xhosa. Il rejoint le Congrès national africain (ANC) en 1943 et lutte contre le régime sud-africain de ségrégation raciale par la résistance non violente. Les vingt-sept années passées en prison n’entameront pas son combat pour l’égalité raciale et sa volonté de réconciliation nationale. Peu après avoir reçu le prix Nobel de la paix avec le dernier président blanc, Frederik de Klerk, il sera élu chef de l’Etat en 1994. South Africa : The Good News
  • Sa veuve, Graça Machel, conduira ce mardi une marche historique dans le centre du Cap. Le but : célébrer les dix ans de l’ONG The Elders, inaugurée par M. Mandela en 2007, qui rassemble d’anciens hommes d’Etat et Prix Nobel de la paix militant pour différentes causes humanitaires dans le monde, et lancer leur projet « Walk Together ». C’est devant l’hôtel de ville, d’où partira la marche, qu’il avait prononcé le 13 février 1990 son fameux discours sur la liberté, le premier après sa sortie de prison. Cape Time
  • Parmi les bonnes actions prévues pour le Mandela Day, un concert géant sera organisé dans les rues de Cape Town à partir de midi, heure locale : 67 musiciens placés dans différents quartiers joueront pendant soixante-sept minutes. Les fonds récoltés serviront à soutenir les programmes de développement de la musique dans les communautés pauvres ayant un accès limité à l’enseignement musical. The South African
  • Mais les critiques fusent sur les actions du Mandela Day, trop courtes pour avoir un réel impact. Ne pas choisir n’importe quelle ONG, ne pas supposer ce qui lui serait utile, ne pas négliger l’étape de préparation, ne pas délaisser son legs le reste de l’année, ne pas oublier l’objectif de rendre le monde meilleur… Le Zululand Observer publie la liste des choses à ne pas faire ce jour-là, pour donner plus de sens à son geste.
  • Le très critiqué président sud-africain Jacob Zuma a appelé ses compatriotes à lutter contre la pauvreté en améliorant notamment l’accès à la nourriture, par la création de potagers par exemple. Il a évoqué dans son discours les 17 millions d’habitants, surtout des personnes âgées et des enfants, qui bénéficient d’allocations sociales. The Star
  • Khehla Shubane appelle, lui, à se débarrasser – légalement – de M. Zuma et son gouvernement, davantage prompts à servir leurs intérêts que ceux de leur peuple. « Nous avons baissé la garde, le Mandela Day nous aidera à la relever », écrit l’analyste et ancien militant politique dans le Sunday Times. Les « Gupta Leaks », entre autres, ont révélé des affaires de corruption au plus haut niveau. La conférence des organisations de la société civile lancera aujourd’hui plusieurs initiatives pour tenter d’endiguer ce fléau. News24
  • Jeanne Cavelier
  • Le Monde
 

 

      

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir