Empereur des mines, Alpha veut faire simple : Empereur d’une grande Guinée qui irait de Kurukan Fuga aux frontières de la FEANF

Empereur des mines, Alpha veut faire simple : Empereur d’une grande Guinée qui irait de Conakry aux frontières de la FEANF

Actualités de Guinée Conakry, 19/04/17. Nouvelle République de Guinée,www.nrgui.com. Dans l’allocution de bienvenue qu’il a prononcée, le 11 avril à l’Elysée, lors du dîner d’honneur organisé pour Alpha Condé, en visite d’Etat à Paris, François Hollande a souligné - avec une pointe d’humour - qu’il recevait non pas un seul président, mais trois : celui de la République de Guinée, celui de l’Union africaine (UA), mais également "le président à vie de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France" (FEANF). Ce mouvement associatif panafricain a été créé en 1950 à Bordeaux et dissous le 5 mai 1980 par le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing. Alpha Condé avait été élu président de la FEANF en 1963. "C’est le titre le plus enviable d’être toujours étudiant", a souligné le président français.

Condé, des fastes de la république au régime sec

En visite visite officielle en France du 11 au 13 avril, Alpha Condé a bénéficié des ors de la République française qui l'a logé au Meurice dans le 1er arr. de Paris avec limousines à disposition et prises en charge des frais de bouche. Las, au terme de cette visite le président guinéen a dû se rabattre sur le Raphaël, son hôtel préféré, mais de moindre standing, situé près des Champs-Elysées, où lui et sa délégation ont dû régler leurs factures. De quoi nourrir l'empressement de l'actuel président de l'Union africaine de quitter Paris. Dès le 13 avril, il s'est envolé au Maroc pour quelques jours de repos.

 

Oui mais, le gotha des « affaires s’est précipité à l’Hôtel Meurice

En en effet les patrons français scrutent toujours Conakry, on ne sait jamais

Malgré une économie peu dynamique, la Guinée a attiré plus d'une cinquantaine de patrons français, lors de la visite d'Etat d'Alpha Condé à Paris, du 11 au 13 avril. Le président guinéen a rencontré cette forte délégation le 12 avril au siège du Medef, lors d'une rencontre présidée par Patrice Fonlladosa, patron du comité Afrique de Medef International. Parmi les participants à cette réunion, de nombreux messieurs Afrique tels qu'Antoine Guillot (Thales), Patrice Fuster (Sanofi), Gervais Bouchard (Vinci construction) ou encore Joao Amaral (Total). D'autres responsables français étaient également présents tels que Guy Delbrel, directeur des relations extérieures d'Air France-KLM ; Fabricio Protti, DG de Bolloré énergie ; Jean-Louis Dufau-Richet, directeur stratégie d'Orange.

 

On a même vu Bolloré trépigner au Meurice !

Visiteur discret d'Alpha Condé, le 11 avril, dans la suite du président guinéen auMeuriceà Paris (LC N°750),Vincent Bolloréa dû longuement patienter avant d'être reçu en audience. Quelque peu agacé par cette attente, l'industriel français s'est empressé de lancer un vibrant"Alpha, c'est moi, c'est moi !"dès qu'il a aperçu le chef d'Etat par l'entrebâillure de la porte.

De Paris, Alpha s’envolera pour le SIAM de Meknès où après avoir coupé le codon ombilical avec la France, il dira son rêve pour la Guinée. Inspiré par les ors dynastiques de la monarchie alaouite, et du ci-devant rêve moyenâgeux d’u « Grand Maroc » amplement défendus par les grands castrats toujours dans les arrière-cours des princes du Moyen orient, Alpha dira son grand rêve d’Empereur. Tels Ngéma, Sassou, Mugabé, Bya ? Vous plaisantez ! Gbéhanzin et ses Amazones, l’icône de ce fieffe féanfiste ! Oui pourquoi ne pas  suivre les pas des grandes reines résistantes anticolonialistes telles que Mbande Zingha, reine de Matamba qui opposa une farouche résistance à la colonisation portugaise et pourquoi pas cette autre résistante  de la Grande Ile, Rabodonandrianampoinimerina, que le colon a voulu raccourcir en vain en Ranavalona ! Pourquoi ne pas descendre plus bas, diachroniquement et rejoindre la grande geste du Mandé qui finit à Kurukan Fuga avec Son Diarra et dont les frontières étaient aussi lointaines que celles de la FEANF !

Vous avez compris, le troisième mandat, c’est le retour à l’authenticité, déjà Alpha empereur des mines, il suffit d’un pas, en moins pour être EMPEREUR. Tout court.

Was-Salam,

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui. Com avec la lettre du Continent.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir