Tibou Kamara, un pied dedans, un pied dehors, c’est DEDANS !

Tibou est en plein DEDANS, dans le bateau ivre d’Alpha Condé, son fameux train ayant embarqué une Guinée du progrès, laissant sur le quai la Guinée des délestage depuis le départ du colon, malgré Kaléta d’Alpha Condé, la Guinée de Kassory qui a piétiné la Constitution après qu’Alpha Condé, saoulé par les sirènes révisionnistes, avaient fait débarquer Kaléfa qui en est mort en même temps que la Cour constitutionnelle devenue croupionne, à la solde de l’Exécutif ; autant d’actes de dictature qui ont permis au premier magistrat d’exécuter l’assemblée nationale en prolongeant illégalement le mandat de ses députés, qui ne représentent plus que l’Ordre brutal, sans foi ni loi qui permet à Kassory et au généreux bienfaiteur du GPT de faire casser « La Casse » et ainsi livrer au Rpècè les Peuls-moutons afin de les pogromer comme Alpha l’avait fait faire au Palais du peuple laissant « empoisonner » des RPècès, avec comme conséquences le pogrome anti-peul de Kankan Kouroussa, Nzérékoré..etc.

Tibou, on avait égorgé des « parents » à toi à Kankan, dont certains rescapés s’étaient retrouvés au marché de Dinguiraye, alors qu’ils ne connaissaient même pas leur lignée à Dinguiraye, leur souche ayant émigré à Kankan, sans doute pendant la bataille de Krina, après avoir raccompagné des Peuls depuis la bataille de Tallansan, tu connais ? Je m’égare..

Je vais être bref

Ton rôle de médiateur, chat gris nocturne est connu. Le plus spectaculaire, croit-on étant d’avoir réussi, avec Khalifa Gassama Diaby, à faire lever le pied d’Aboubacar Soumah sur le préavis de grève des enseignants. Victoire à la Pyrrhus ! Où en est-on aujourd’hui de cette crise qui n’est pas seulement une crise avec les syndicats, mais une profonde crise de l’ENSEIGNEMENT, une crise de la FORMATION ? De toute façon, depuis 2010, Alpha Condé n’a respecté AUCUN ACCORD AVEC CELLOU ou L’OPPOSITION GUINEENNE.

Passons sur les anecdotes de ton compagnonnage avec Dadis, que tu as le flair de quitter pas trop tard  après les horreurs du 28 septembre; le compagnonnage avec Konaté en Guinée et dans son errance. Où en es-tu avec ces deux-là ?

Le grand amour avec Cellou, qui t’accabla d’un strabisme divergeant, courte vue qui te fit dire que ce dernier quand il est venu à L’UFDG, n’y avait trouvé qu’une « coquille vide », ce qui m’avait mis dans tous mes états, c’est une autre histoire. Alors, avec Cellou, où en êtes-vous où ? C’est,

Je t’aime, moi non plus ?

Et vint le coup de foudre avec Alpha Condé

Le désamour avec Alpha, après l’exfiltration grâce à l’intervention de Nouhou Thiam, qui est entrain d’en crever dans une geôle, passera par pertes et profit. Vous en parlez avec Alpha du sort de cet « homme » de Konaté, qui avait obligé Alpha à te laisser sortir. Ce qui t’a permis de baver sur lui pendant des mois, des années, depuis la Gambie, depuis le Maroc, Paris, pendant que Konaté et toi erriez, la sébile tendue pour les 500 millions de dollars versés par l’Union africaine, qui n’en pouvait plus mais, Alpha était prêt à vous les allonger, pourvu que Konaté restât patron des Forces Africaines en Attente ..que les poules aient des dents. Dadis, pendant ce temps se serait trouvé, sauf votre respect mesdames une poule bourkinabè.. en attendant que.

Je ne regrette pas d’avoir pleurniché, fait des pieds et des mains pour que « mon ami Alpha » te laisse venir inhumer ton paternel, feu El Hajj Alséni Kamara (il n’avait pas voulu), ensuite, qu’il te laisse rentrer dans ton pays tout en élargissant Bah Oury, Sadakadji, et d’autres. Il a attendu d’être réélu quelques mois après, pour être large, qui est fou ?

Je peux aller plus loin dans le passé

J’ai été – pas le seul sans doute – même jusqu’à aider Alpha à te mettre dans son escarcelle. Il voulait avant toi, que je l’aide à mettre dans sa gibecière politique El Hajj Boubacar, un grand « parolier » de l’UNR, c’est dire que tu n’étais même pas né dans le landernau de la presse, encore moins politique. Mais tu as l’art de griller les étapes, pour certain « Guinéen », aveuglé par ce qui brille, même si c’est souvent du toc.

Nous étions tous deux dans son salon, Immeuble Berry à Paris, Alpha a appelé Kassory, qui boudait à New York ou à Harvard, une serviette, de 12000 dollars sous le coude, qui lui a expliqué que tu perdais ton temps à ferrailler avec un certain Sultan, proche de Conté, mais qui résistait à ton ami Cellou ministre de Sultan. Kassory a expliqué à Alpha le double jeu de Conté ; même tactique de Conté avec Chérif Bah, alors gouverneur de la Banque centrale, qui se plaignait des pratiques de son éminent collaborateur, Al Yanna Fodé.

Vous avez raison monsieur le gouverneur, disait Conté,

Mais dès que le Gouverneur sortait, Al Yanna Fodé couinait d’un coin, et Conté mettait à sa disposition l’hélico, de commandement pour aller déverser sur les peuplades, bras levés vers les cieux, des tonnes de francs qui glissaient donc d’Al Yanna (le Paradis).

D’ailleurs, toujours selon Don Casse au téléphone depuis New York ou Harvard, Conté a mis fin à ce manège faux-cul, lorsqu’à à une ultime plainte de Chérif Bah, notre Gouverneur trouva Al Yanna Fodé confortablement engoncé dans un somptueux fauteuil :

-          Vous avez raison M. le Gouverneur, mais lui, c’est mon Fils, à gnon !

Et alors était née la rumeur des velléités dynastiques de Conté, le prétendant étant Al Yanna Fodé. Hélas, il est parti avant Conté, et Conté l’a rejoint là-bas, au Purgatoire, en attendant..

Donc Tibou, tu veux être prétendant, après avoir gravi tous les échelons ?

A suivre

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir