Affaire des costumes: Bourgi assure que Fillon lui a demandé de "mentir"

 

L'avocat franco-libanais Robert Bourgi, ici à Paris en 2011, assure que François Fillon l'a contraint à mentir.

L'avocat franco-libanais Robert Bourgi, ici à Paris en 2011, assure que François Fillon l'a contraint à mentir.

afp.com/JOHANNA LEGUERRE

Et revoilà l'affaire des costumes de François Fillon. Souvenez-vous: mi-mars, le JDD révélait que le candidat de la droite avait reçu près de 48 500 euros de vêtements de la chic boutique Arnys depuis 2012, dont deux costumes à 6 500 euros pièce. Des révélations qui avaient encore un peu plus choqué une partie de l'opinion publique après le Penelopegate.  

LIRE AUSSI >> Affaire des costumes: Fillon regrette et assure les avoir rendus à Bourgi  

Une dizaine de jours plus tard, François Fillon avait entamé un début de mea culpa en direct à la télévision, en regrettant avoir accepté ses costumes offert par son ami Robert Bourgi, un avocat proche des réseaux de la Françafrique -l'identité de ce généreux donateur ayant fuité dans Le Monde. "J'ai eu tort [...] je les ai rendus", a-t-il assuré sur le plateau de L'Emission politique

Les costumes (et plus) rendus

Vrai, répète l'intéressé ce vendredi, dans une interview à Mediapart. "Le lendemain de l'émission [...] l'un de ses collaborateurs m'a rapporté les costumes [qu'il dit lui avoir offert après sa victoire à la primaire à droite ]. Mais il y en avait trois... Deux, qu'il avait donc portés deux mois. Et un troisième, qui était un blazer bleu marine et un pantalon gris que je lui avais offerts, en 2014, pour Noël". Voilà pour le bon point accordé à François Fillon.  

Mais dans son interview, Robert Bourgi fait de nouvelles révélations accablantes pour le candidat. Après l'article du Journal du dimanche, il raconte avoir subi des pressions du camp Fillon, qui émanaient directement de l'ex-Premier ministre.  

Le coup de pression de Fillon

"J'ai eu [François Fillon] à plusieurs reprises. Et à plusieurs reprises, il a fait appel à ma solidarité de gaulliste. [Lui] et sa très grande papesse de la communication, Anne Méaux, ont souhaité que je ne dise rien concernant l'identité de la personne qui a offert les costumes: moi. L'un et l'autre m'ont appelé dès le samedi après-midi [la veille de la publication du JDD] pour que je ne dise pas que c'était moi. Je leur ai demandé pourquoi. Ils m'ont dit: 'Tu sais, c'est la Françafrique, on va penser que... '. Mais qu'est-ce que la Françafrique a à voir avec cela? Par conséquent, j'ai été contraint pendant une semaine de mentir". 

LIRE AUSSI >> Costumes de Fillon: un député peut-il se faire offrir des cadeaux à 50 000 euros? 

Résultat: dès le 12 mars, Robert Bourgi dément à plusieurs reprises être le généreux donateur.  Jusqu'à ce que Le Monde, le 17 mars, preuves à l'appui, révèle que c'est bien lui qui a offert les costumes à François Fillon. Il ne peut alors que confirmer.  

   

A la suite de ces révélations, le parquet national financier a ouvert un supplétif pour "trafic d'influence" dans l'affaire qui concerne François Fillon, et pour lequel il a été mis en examen.  : Robert Bourgi est le frère d'Albert Bourgi, grand ami d'Alpha Condé qui était semble-t-il un des few happy à la table du Banquet que Hollande avait offert à son ami Alpha Condé. Tchin tchin and Bye !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir