Alfa Condé : "acte du pouvoir central, je fermerai toute radio qui.."(saïdou Nour Bokoum)

On se croirait au temps de l’impérialisme à bas ! Le temps où l’« homme peuple » était la Voie et la voix uniques.

L’arbitre de tous les matches de foot, de basket, handball..

Le chef d’orchestre de Bembeya, Camayenne Sofas,  Balla et ses baladins

Pivi etc.

Quand le pouvoir est incarné par le peuple et par la jeunesse, ce pouvoir ne s’use pas avait-il lancé à Monseigneur Sara qui l’invitait à partager le pouvoir faute de quoi, il s’userait ou quelque chose dans ce goût-là..

Dadis avait menacé de faire arrêter des journalistes qui s’étaient mêlés de parler de bruits de bottes à une de nos frontières poreuses à l’import-export d’armes de guerre venues de l’Ukraine, la Guinée devenant gare de tri entre le Burkina, Le Bec de Lièvre et la Côte d’Ivoire, jusqu’à ce que cette dernière fut coupée en deux. Certains Guinéens devenant du coup milliardaires et d’autres soupçonnés ou même accusés d’en profiter pour organiser des infiltrations..

Des stations de radio interdites d’émettre, des journalistes enlevés, interpellés pour les mêmes raisons fallacieuses invoquées par un putschiste mais indignes d’un ex panafricaniste, docteur d’Etat en droit, un patriote qui a payé de sa personne deux ans dans les geôles après 30 ans de combat et de résistance ! Qui l’eût cru,  dirait un certain Couleur Tropicale qui traîne son pseudo et qui ne cesse sur le Net de me dire ton pied mon pied, je suis le Rédempteur, un cagoulard qui sévissait sur le site officiel du RPG comme moi du reste, quand tous les autres « sites officiels » des partis n’étaient pas encore devenus des affiches de cinéma hollywoodien où la méga star est poursuivie par les caméras jusque dans les..cabinets.

Lire : Saïdou Nour Bokoum détenu à la DPJ

L’ex mao devenu président se souvient des « grèves sauvages » des étudiants de Mai 68 en France, assimilant, par reniement, un mouvement syndical tourmenté par toutes sortes de fractures dont la moindre n’est pas la corruption venant de l’Exécutif, qui nomme des syndicalistes ministres, directeurs, les plus radicaux le plus loin possible de la capitale, comme Soumah du SLEEG à Dinguiraye un des « dissidents » le plus radical, pour ne pas dire le meneur actuellement introuvable par les radars d’un Exécutif qui se complaît à exécuter les lois, notamment celle de la liberté syndicale. Voilà que le Conseil Economique et Social de Rabiatou devient une souricière où se sont fait cueillir.. les dissidents  pour répondre à l’ordre d’un procureur devenu proconsul.  

Les élèves ne viennent pas au cours ou sont renvoyés des préaux parce que des enseignants sont absents : est-ce l’introuvable Soumah qui a forcé les bouffeurs de craie à rester chez eux ? Et si les élèves protestent contre une nième année grise qui menace de devenir blanche, qui doit-on traiter de sauvageons ou d’indignes de recevoir la tablette promise ? N’est pas Moïse qui le veut pour distribuer des tablettes. Et il ne faut pas confondre les Lois avec les décrets.

Moïse aurait vécu 900 ans. Il n’a pas vu la terre promise.

Alpha assure qu’il vivra cent ans.

Lire : je ne suis pas malade, je vivrai cent ans.

Il avait aussi lancé tranquillement, il y a sept ans :

Guinea’s back !

Littéralement : la Guinée est derrière. Il n’a pas menti.

Was-Salam.

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir