Qui est Waratah, qui mise toujours plus sur l'or local ?

La société d'investissement dans le secteur minier Waratah Investments apparait de plus en plus intéressée par l'or dans la zone de Kankan, à l'est de la Guinée. Il y a quelques semaines, Waratah, basé à Accra, est entré au capital de la société d'exploration guinéenne Feral Mine Guinée, rebaptisée fin mars Kiniero SPV.

En 2016, comme l'avait révélé Africa Mining Intelligence (AMI nº375), Waratah avait exprimé son intérêt pour le projet aurifère de Kiniero, anciennement détenu par le canadien Semafo. En janvier 2017, ce périmètre a été mis sur le marché international suite à un décret du président Alpha Condé.

Derrière Waratah et Kiniero SPV, se trouve l'équipe de l'australien Blox, dont le permis d'exploration pour l'or de Mansounia, tout proche de la mine de Kiniero, a été renouvelé fin mars. Ainsi, le gérant de Kiniero SPV, l'australien Nicholas Taylor, est l'actionnaire majoritaire de Blox. En parallèle, il est coadministrateur de Waratah au côté du britannique Ronald Renne, lui-même président de Blox. Ce dernier a travaillé, par le passé, pour la Royal Bank of Scotland (RBS) et la banque ghanéenne HFC Bank.

A l'origine, l'actionnaire à 100 % de Kiniero SPV était N'Famoussa Kaba, actuel directeur de Blox en Guinée. Membre de la Chambre des mines de Guinée, passé par USAID, il a dirigé l'australien Amani Gold (ex-Burey Gold) à Conakry, jusqu'à son départ du pays afin de se concentrer sur des projets miniers au Congo-K.

La Lettre du Continent

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir