GUINÉE : SECTEUR MINIER FORUM DES RAPACES OU LES GRANDES RAPINES EN PRÉPARATION (Tamboura BC)

Actualités de Guinée Conakry, 23/03/17. Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.com. EXTRAIT: d’AFRICA MINING INTELLIGENCE :

"La Banque de développement de Guinée, cheval de Troie de la Malaisie ?"

La Banque de développement de Guinée (BDG), détenue à 75% par des capitaux asiatiques et dirigée par des Malaisiens, multiplie les projets dans les métaux précieux en Guinée. En parallèle, ses dirigeants opèrent leurs propres sociétés dans le secteur, agissant sous la protection du conseiller diplomatique du président Alpha Condé. Enquête et commentaires sur 

La bienfaisance comme porte d'entrée et les Métaux précieux, comme monnaie virtuelle " 

Les métaux précieux visés sont le diamant et l'or dont l'exploitation intéresse les dirigeants de la BDG grâce à l'aide de monsieur Koutoubou Sanoh, ancien ministre et actuel conseiller diplomatique de Alpha Conde . Monsieur Sanoh a été un ancien conseiller du 1er ministre de Malaisie.

C'est le responsable des projets de la BDG, monsieur Fadel Camara, qui dirige, sous couvert d'opérations de bienfaisance, un projet d'appui aux orpailleurs locaux à qui des équipements sont fournis pour accroître le rendement de l'activité artisanale d'extraction d’or.

Il faut préciser que la BDG est détenue à 25% par la Guinée même si on ne sait pas si la Guinée a totalement libéré sa part.

La publication d’Africa MINING précise aussi que le programme d'appui aux orpailleurs a été signé par l'actuel ministre des mines Abdoulaye Magassouba faisant d'une opération de vol un coup politique.

L’alliance des rapaces de Conakry avec les Malaisiens s'est traduite par la création d'une société cooptée par la BDG dénommée Africa gold qui n'est qu'un simple comptoir d'achat destiné à l'achat de toute la production artisanale d'or . L'effet d'éviction des autres petits acheteurs est très visible compte tenue de la capacité financière de la BDG .

Africagold a été enregistré en mai 2016 en Guinée et est dirigé par le Malaisien Kian Boon Looi , ancien de JP Morgan et de KPMG . Il est en même temps directeur financier de la BDG et ancien employeur de l'actuel Ministre des mines Magassouba ABDOULAYE.

Les révélations d’africaintelligence.fr montrent que Kian Boon Looi n'est pas le seul Malaisien au sein de la BDG. Les mêmes révélations indiquent que, dans le fameux dossier simandou, la BDG avait fait parler d'elle en début 2016. Personne en Guinée n'avait su que le directeur général de la BDG, le Malaisien Lim Kim Seng avait ouvert un compte en Thaïlande au nom de la BDG et qu'il avait été soupçonné d'avoir détourné au moins 300 millions de dollars us et que personne ne s'était posé la question de l'origine de cette somme. La cellule guinéenne des transactions financières dénommée Centif n'a apparemment rien vu. Le journal continue en indiquant  qu'après le retrait de L'image Kim Seng à la suite du scandale c'est l'ex conseiller en stratégie de la BDG, le mauritanien Majid Kamili, ancien ambassadeur de Nouakchott au Canada qui a pris la tête de la société. Les amitiés Mauritano- malaisienne sont plus fiables que les Guinéens.

Pour renforcer leurs stratégie d'encerclement du secteur de l'or et du diamant, les Malaisiens ont enregistré en Guinée deux sociétés. La 1ère est Africa Diamonds &mining qui est détenu par le fameux Kian Boon Looi et la 2eme est la société guinéenne d'exploitation des mines et métaux appartenant au Malaisien Wong Kiam Seng qui ont immédiatement bénéficié des permis de recherche pour le diamant et les corridons. Tout le monde sait en Guinée que ces permis sont directement gérés par Alpha Conde qui doit « s’assurer de la préservation de ses avantages personnels »

     D’autres preuves de la main mise progressive des «  investisseurs malaisiens » dans le secteur de l’or et du diamant seront apportées.

    

Apres la bauxite bradée aux Libanais, Chinois, Emiratis et Russes, voici venue la razia malaisienne sur l’or, le diamant et les «  métaux » .

   Des informations concernant des transactions avec des sud africains relativement au «  secteur de l’or, du diamant et des métaux » sont en cours d’investigation et vous seront livrées après les vérifications.

   En attendant, on est en droit de se poser quelques questions simples :

1. Quel est le rôle de la bdg  dans le transfert des ressources provenant des transactions minières en Guinée ?

2. Quels sont les vrais actionnaires de la BDG, de africagold, de africa diamonds & mining ?

3. Quelles sont les conditions fiscales appliquées aux opérations de ces sociétés, particulièrement en ce qui concerne la taxe à l’exportation ? Les chiffres du budget ne retracent rien à ce sujet. (J’ai consulté rubrique par rubrique le budget 2016 et le projet 2017) 

Il  n’est pas besoin d’être un devin pour savoir que, compte tenu de son appétit aux gains, de sa voracité légendaire et de son manque d’intérêt pour le développement de la Guinée, Alpha Condé est en réalité le vrai maître d’œuvre de tous ces montages. C'est son ingénierie financière : piller les ressources sans retombées pour le pays. Ce n'est pas du bradage c'est un crime économique pire que celui des diamants du sang  de Charles Taylor, qui fut un proche de ALPHA CONDÉ ! 

Que doivent faire les Guinéens ?

Pour notre part , nous continuerons de traquer toutes les affaires scabreuses du grand voleur de Conakry au fur et à mesure de l’évolution de nos investigations pendant qu’à Conakry le personnel politique s’écharpe sur des faits mineurs et futiles .

 GUINÉENS LEVEZ-VOUS AVANT QU'Il  NE SOIT TROP TARD !!! 

BC TAMBOURA 

Envoyé de mon iPad

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir