Google n’analysera plus le contenu des Gmails à des fins publicitaires

 

 

Google va renoncer à analyser les contenus des e-mails de ses utilisateurs pour afficher des publicités ciblées. Vendredi 23 juin, le géant du Web a annoncé qu’il allait abandonner, au cours des prochains mois, cette pratique très controversée. D’après le texte publié par Google sur l’un de ses blogs officiels, les utilisateurs de Gmail en version gratuite auront prochainement la possibilité de « désactiver les publicités personnalisées » dans les paramètres de leur boite mail.

Cela ne signifie pas pour autant que les publicités vont disparaître de Gmail, son service de courriers électroniques utilisé par 1,2 milliard de personnes dans le monde. Mais simplement que leur ciblage s’effectuera grâce aux données personnelles récoltées sur d’autres services maison, comme son moteur de recherche et YouTube. 

MARCHE ARRIÈRE PARTIELLE

En 2014, à l’occasion d’une mise à jour de ses conditions d’utilisation, la société américaine avait officiellement reconnu qu’elle scannait l’ensemble des messages envoyés et reçus sur la version gratuite et grand public de Gmail. Google avançait alors plusieurs objectifs, comme la lutte contre les courriers indésirables et les tentatives de fraude, ou encore la personnalisation de ses services. Cela lui permet également de trouver des mots clés dans le contenu des e-mails, puis d’afficher des annonces publicitaires plus pertinentes.

Il est important de noter que la société ne fait marche arrière que sur le terrain publicitaire. Ses algorithmes informatiques continueront en effet à analyser les e-mails, notamment pour alimenter ses applications mobiles en informations personnalisées. Celles-ci peuvent alors indiquer lorqu’un vol est retardé ou rappeler une réservation au restaurant. En outre, Google a récemment lancé une option qui suggère automatiquement trois courtes réponses après avoir scanné un courrier reçu.

A LIRE EGALEMENT
Roi de la publicité en ligne, Google va lancer un adblock

NOMBREUSES CRITIQUES

Cette pratique, qui aurait été mise en place plusieurs années auparavant, avait été au centre de plusieurs poursuites judiciaires aux États-Unis. Mais aucune n’avait abouti sur un procès. Elle valait aussi à Google de nombreuses critiques de la part des associations de défense des libertés civiles. Et elle était aussi utilisée par ses rivaux, notamment par Microsoft qui cherchait à promouvoir sa messagerie Outlook. Cela n’a cependant pas empêché Gmail de rester la boite mail la plus populaire avec plus d’un milliard d’utilisateurs.

D’ailleurs, la décision du groupe de Mountain View ne cherche pas à satisfaire les internautes. Elle est avant tout destinée aux entreprises. Pour preuve, l’annonce n’a pas été faite par les équipes de Gmail, mais par Diane Greene, vice-présidente en charge des activités dans le cloud computing. « C’est un signe de l’importance prise par les services pour les entreprises chez Google, malgré leur faible contribution financière », souligne Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research.

CHANGEMENT DE PRIORITÉ

Si aucune publicité n’était affichée pour les clients professionnels – qui paient pour utiliser Gmail et d’autres services Web -, la présence d’annonces sur la version grand public était source de confusion, explique Mme Greene. « Nous allons lever toutes les ambiguïtés », espère la responsable. Pour rassurer les entreprises, Google est donc prêt à sacrifier une partie des recettes publicitaires générées par Gmail . « Cela en dit beaucoup sur le changement de priorités », estime M. Dawson.

Si la publicité en ligne représente encore plus de 85% de son chiffre d’affaires, le groupe cherche de nouveaux relais de croissance. Et il se tourne de plus en plus vers le marché des entreprises, commercialisant plusieurs gammes de services dans le cloud, des logiciels aux infrastructures. Fin 2015, Google a recruté Mme Greene pour rattraper son retard, lui accordant d’importantes prérogatives. Au premier trimestre, ces activités ont réalisé 3,1 milliards de dollars de recettes. En hausse de 49%.

A LIRE EGALEMENT
Diane Greene, la star du cloud recrutée  pour 150 millions de dollars

Photo: Robert Scoble

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir