Pêche aux moules sur Google : Saïdou Nour Bocoum - Imbécile, ridicule et dangereux

Il est de bon ton, dans de nombreux milieux, de se gausser de Saïdou Nour Bocoum et d’affecter à son égard, une indifférence ironique. Les sites qui font semblant de le prendre au sérieux voient leur propre crédibilité atteinte. Soit ils ne connaissent pas l’étendue de la dangerosité de cet homme et ils sont donc incompétents. Soit ils lui donnent une tribune en connaissance de cause et ils sont complices.

Mais l’homme n’est pas simplement ridicule, il est également dangereux. Dangereux car au-delà de ses proclamations littéraires ambiguës, il cherche à faire taire ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Au-delà de ses appels à la paix en Guinée, il favorise des politiques qui prolongent le déchirement social. Au nom d’une certaine ethnicité, il cherche à définir les limites de ce qui est acceptable ou non dans le débat public et à en exclure ceux qui ne partagent pas ses vues. Et il n’hésite pas pour cela à déformer les propos et idées de ceux qui lui déplaisent pour en obtenir la condamnation, le tout au nom de la morale, toujours invoquée, rarement respectée.

C’est un faussaire doublé d’un ethnocentriste. Etre en désaccord avec lui, c’est forcément encourir le soupçon d’être anti-peul. Et il fait un amalgame qui mériterait un zéro pointé à un étudiant faisant une telle faute, entre opposition à la politique de l’UFDG, qu’il assimile à de l’antifulani et la personne de Cellou Dalein Diallo. Le procédé est indigne d’un intellectuel.

Pire encore, il cherche à créer un réflexe de peur au sein de la communauté peule en lui inventant des ennemis inexistants, négligeant ainsi ses véritables ennemis. Faisant donc sciemment et consciemment de la désinformation, il trahit ainsi son devoir d’intellectuel – qui est d’éclairer le débat.

Il se dit pour la paix. Une fois de plus ce sont de sa part, des paroles sans aucun ancrage dans la réalité. Il ne va bien sûr pas dire qu’il est pour la guerre, même s’il appelle à un soulèvement des peuls. Contre qui?

Mon cher Bocoum, en lisant depuis un certain temps tes… machins, j’ai hésité à te répondre pour ne pas créer une confusion qui enrichirait tes pamphlets exécrables. J’ai voulu quand même le faire, puisque nous sommes après tout des frères.

Je ne vois aucune philosophie, aucun tableau digne d’un contemporain de ta tribalique qui justifierait tes propos déstabilisateurs des solidarités millénaires ; propos habillés d’un anachronisme primaire très dangereux.

Le but de ma réflexion est de te dire que la Guinée a été mal gérée et c’est vrai. Mais ce n’est pas une tare moléculaire ou encore une boulette géographique. C’est une affaire de personne et ceux qui ont été à la gouverne de cet Etat sont Peuls, Malinké, Soussous ou Forestiers. Les responsabilités des conflits internes, de la gestion de la chose publique et de la répartition de la richesse nationale sont partagées. Chacun de nous a le devoir de bien cadrer le débat, que de le modeler à sa manière.

Alpha Condé est le président d’un parti politique et il est normal qu’il soit critiqué, insulté comme vous le voulez, et là aussi c’est une question d’éducation mais s’en prendre à une ethnie entière au nom d’une personne quelle qu’elle soit, relève de la démagogie, de la haine. Ça vous rend petit, petit, petit…

Ta logique est normale et ceux qui ne te comprennent et ne te connaissent pas feront ton jeu alors qu’en réalité, tu es à la recherche de cet infiniment petit qui t’a toujours manqué.

Ma question à toi et à tous ceux qui soutiennent vos propos ethno est celle-ci : Que ferez-vous des enfants nés de couples mixtes? Allez-vous les exterminer pour bien asseoir vôtre criminogène stratégie? Quelle absurdité!"

Le Rédempteur

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir