P’tit slam et p’tite claques tropicales pour un p’tit crooner de couleur de l’Interlope (Par Saïdou Nour Bokoum)

AVERTISSEMENT : ci-dessous ma muse, un(e) certain(e) "Couleur Tropical(e)" qui sévit impunément sur la Toile. S’adressant à un jeune « poète en herbe »

« Je vois que tu as assassiné le célibat lors de ton séjour à Conakry. C'est un pas affranchi et bon ménage! Cela mérite respect et considération. Bienvenu dans la cour des grands. Molière du Web te pardonne cette fois pour l’enterrement de ta vie de garçonnet. Pour une autre fois ! Sans rancune.

PS : Ton mentor (Saïdou Nour Bokoum) avait démissionné avec fracas sur les forums guinéens, mais il est revenu au galop. Tu vois, dans le pays de Kôrô, c'est le sens dessus-dessous et vice versa. Et si Alpha respectait scrupuleusement et rigoureusement tout ce que tu dénonces dans un français alambiqué dans ce texte, c'est la prison qui allait t'accueillir à bras ouvert. Contracter un lien de mariage avec une mineure de 14 ans est passible ....
Et, finalement, qui l'eût cru ! ». Signé Couleur Tropicale in gbassikolo, lire

« Variations entièrement en couleurs » (Pastiche du crooner et « claquettiste de génie, ami de Frank Sinatra et Dean Martin, Samy Davis Junior, présentant le premier numéro d’une émission animée pour la première fois par le Nègre qu’il était à une des nombreuses et grandes chaînes de télévision américaines. Aux States, les chaînes de télévision avaient déjà la couleur dès les années 60, (ou avant ?) alors qu’en France, l’ORTF, unique chaine en était encore au nègre-blanc (sic !), et était de surcroit, l’unique Voix de son maître, comme à « Dumbélane », jadis, il y a vraiment longtemps.

Monsieur-dame Couleur Tropicale,

Pensez à la cale

Et doucement avec les basses

Un vieux gbaka sur une pente

 

Finit en couper décaler

Comme Awlaba en taille basse :

Je ne peux pas

« Démissionner avec fracas »

 

De la Toile

Tel le Cowboy du Far Web

Je n’ai pas d’étoile

Je n’y occupe aucun emploi

 

Ni public ni privé.

Ni Col blanc de Bandikon

Qui peste l’empois

Encore moins « avec fracas :

 

Le fracas dans une « étoffe »,

Filée dans du virtuel ?

Qu’importe le fiel

D’un Lucky Luc

 

Tracassé d’un sempiternel

« Qui l’eût cru ! »

Vathor dit : « viens Luc

Vers le côté obscur de la force »

 

Va-t-en farceur

Lui l’Effaceur de la Toile ?

Qui, sosie de Shwarzie ?

Pour nettoyer une cocoteraie.

 

Coco la lâ !

Qu’elle est donc tombée bas

« Avec fracas »,

La Maison de Molière,

 

Il avait raison le lièvre :

« Tel a tué le gibier

Un autre l’a levé »

Chute d’un TERMINTATOR

 

Se noyant dans un verre d’eau !

« Molière du WEB » !

Ou World Event Bondage.

W comme World ou Whore

 

E, comme Event :

Chez les cétacés,

Et les crétins

Orifice des narines.

 

C'est par les évents

Que jaillit le « souffle »

« Caractère hystérique » des baleines,

Ou râle sibilant

 

Pris pour du style

Chez les baleines tropicalées..

B comme baleines

Ou bondage, pratique sadomasochiste

 

Qui consiste à attacher son partenaire

Par une chaîne érotique

Qui serait moins phallique

Que d’épouser légalement en Guinée,

 

Une guinê de 8 ans quand :

« Là, Couleur Tropicale touche à

Une pratique ancrée

Dans la culture peule ».

 

Violeur du quart corps

De la nation Guinée

Corps à corps obscène et veule

OGM par l’obscène « Question peule » !

 

(E)jaculation d’ un cancre depuis sa panse

Faisant tout son foutre

Sur le Fouta

Pour défaire Talansan ?

Oury, laisse béton.

Ne me déçois pas

Déchoir du perchoir d’estime

Glisser en gluant

 

Trottiner avec des trolls

Ahanant sur la callera

D’un simple verlan

La racaille renversée

 

Voilà eux

Tu n’as pas dit

Que tu veux

Il faut peu pardi !

 

Pour le voir moisi

« C'est un pas affranchi »

Dis l’esclave

Qui a des tas de pas à faire

 

Pour franchir l’imposture

Laisse-moi avec Tarzan

Sans mentir

« Ton Mentor », comme il dit

 

A tout le temps

Il est vieux pas veule

Seul mais pas sénile

Bien à l’abri

 

Des postillons de cabris

Qui confondent laine et sisal

Pas facile à démêler

Une telle filasse

 

Foutaises ! Postures de Djantras

Pour Djandjous sauvés

Des ruines laissées par Mandjou

En transit au carrefour du même nom

 

 

Mais Fiston

Tonton te dit

Fais comme le petit de Gary

Voir « Le Roi Salomon »

 

Ou « La vie devant soi »

Ohon, j’ai raté un Goncourt

L’autre en a eu deux

Pan, une balle sur une tempe !

 

« Salauds, je me suis bien amusé ! »

La canaille rassie, ces cons,

Ne cessaient de railler :

« Un vieux Goncourt

 

Depuis vingt ans

Toujours le même bouquin »

Les catins et leurs verrats

Dans les salons du livre

 

Après un câlin ou un kotè

Par des faquins

Sur des lits moelleux

Ivres livrées

 

À la lie littéraire

Laisse-moi faire

« Sénile, débile, retraité.. »

J’ai tout mon temps avec les masos

 

Ou même les sados

Tas d’enfoirés !

Fouilleurs de poubelles

Pouilleux qui jouent les fanicos

 

Qui profanent des tombelles

Nko, ni man tô

Mi fiyètè hâ faÿa gniri

Un vénérable Keïta

 

Disait à son fiston

Blakro en bamana,

I fa foro en maninka !

Gens du Mandé

 

J’adore votre groove

Mais je grogne grave

Quand tel tombe dans la world

Devenue gore

Pour ne pas dire wohre

 

Well Monsieur-dame Couleur

Trop calé(e), éventuellement,

Quand j’en aurais ras-le-bol,

Je laisserai nrgui.com gratis,

 

Au preneur méritant,

Au REDEMPTEUR tiens,

Qui officiait autrefois, jadis,

Il y a longtemps,

 

Vraiment longtemps de cela,

Sur le site officiel du RPG,

Comme moi d’ailleurs.

Mais moi tailleur du grand écart,

 

Et certains tocards

Qui se croient libres,

Jouant les arbitres

De pitres il n’y a pas pire

Qu’est donc devenu le pluralisme

Sur les sites des deux plus grands,

Ex et futurs tirailleurs ?!

Toujours ferrailleur je suis 

 

Vous le maître de l’ubiquité,

Votre cagoule pour moi,

N’est qu’un bout de bois

Ne voilant qu’indignité

 

Une raclure gigotant

Pour des touristes en transes

Sur ce Motel qu’est devenu le Net

UN GRAND HOTEL,

 

Un petit bordel

Comme tant de motels

Tous les « taximètèrs »

Vous le diront tel « novotel » !

 

Géré modèle boxon

Par « Condoboy »

Qui m’avait lancé

Depuis un bout de macadam :

«

 Bokoum, SALAUD ! 

« NOUS » allons te faire la peau !,».

Puisqu’avec ses manières « moutta souppito »,

C’est votre style ou binôme,

 

Vous êtes de La Milice,

Cherchez à savoir où se trouve ce « nous »

À qui j’avais demandé en vain,

De sortir de ce « nous »

 

Nid de gone.

Shame on you

Clown ou clone

With the wind, Gone

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir