Les nouveaux arrivants, acte III

Après les défections de deux familles, qui en disent long sur la fragilité des exilés, « Le Monde » va suivre les Soudan Célestins Music, des réfugiés musiciens à Vichy.

 

 

Les membres du Soudan Célestins Music chantent a cappella sur la scène du château de Pessat-Villeneuve (Puy-de-Dôme) pour la remise de la Légion d’honneur à Gérard Dubois, maire de la commune, le 23 juin 2017.  

Le voyage continue… Inscrit dans l’opération Les Nouveaux Arrivants, le Monde avait souhaité vous faire vivre l’arrivée d’une famille soudanaise à Bugeat, un village de Corrèze. Tout le lieu s’était mobilisé et attendait. Le logement était fin prêt, mais la famille d’Esther avait décidé de refuser la proposition de La France de les accueillir. Elle est restée à Tel-Aviv, en dépit des conseils du Haut-Commissariat aux Réfugiés, qui ne voyait pas pour eux d’avenir là-bas. C’était son choix.

        Lire aussi : Après avoir survécu au désert et à la mer, un groupe de réfugiés fait danser Vichy le 14-Juillet    

Le Monde a alors décidé d’enchaîner avec l’arrivée d’un Érythréen, lui aussi passé par Israël, qui lui venait d’accepter la proposition de la France d’une réinstallation dans la région lyonnaise. Nous vous avions présenté Mehrawi, nous l’avions accompagné dans son centre de transit tenu par Forum réfugié. Le Monde avait même pu assister à son audition à l’OFPRA, que nous avions racontée. Mais alors que Merhawi venait de recevoir le sésame pour rester en France, et s’apprêtait à récupérer à la préfecture sa carte de séjour de dix ans, il a choisi de décliner la présence de nos journalistes à ses côtés. Une décision que le Monde respecte aussi, même si Merhawi s’était engagé à ce que nous racontions son intégration à lui et à ses deux petits garçons.

La fragilité des exilés

Face à cette deuxième défection qui en dit long sur la fragilité des exilés et leur difficulté à s’inscrire dans le temps long, Le Monde a considéré une nouvelle fois la situation. Qui donc allions-nous suivre pour raconter aux lecteurs européens comment le terme intégration se décline en France ? L’équipe mobilisée sur ce projet a pris le temps de la réflexion. Si nos confrères britanniques, allemands et espagnols continuaient leur récit, nous étions en pause… Une pause active qui nous permet aujourd’hui de vous emmener dans une nouvelle aventure. Ils s’appellent Ahmed, Hassan, Boklin ou Mohamad. Ils sont courageux, joyeux, reconnaissants à la France de les avoir accueillis et vont être à Vichy les héros du troisième acte de notre feuilleton sur l’intégration.

        Lire aussi : 500 jours, 25 migrants, 4 journaux : « Le Monde » s’investit dans le projet « The new arrivals »    

Ces réfugiés soudanais et érythréens ont le point commun de faire partie du groupe Soudan Célestins Music, une formation qui interprète des standards africains. Leur histoire commune commence à Paris le 23 novembre 2015, jour de l’évacuation du lycée Jean Quarré, un squat qu’ils sont plusieurs centaines à avoir investi, las de dormir dehors. Le Monde les suivra, eux et ceux qui à leurs côtés les aident à conjuguer le verbe « s’intégrer » à tous les temps.

Le Monde

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir