Sous la férule d'Alpha Condé, la Guinée est devenue un dépotoir où s'entassent les excès des prédateurs de sa malgourvernance (Baldé Abdoul Gadizy)

On ne le répètera jamais assez, depuis 2010 notre pays est sous la férule de M. Alpha CONDÉ, un véritable aigrefin historique qui, parvenu au pouvoir, entend rattraper le plus vite possible, son « retard » en matière d’enrichissement. Il se mesure à ses anciens « amis » de la FEANF dont il est devenu un redoutable concurrent sur le terrain de l’enrichissement personnel illicite.

Ainsi, se distinguant de Lansana CONTÉ qui se satisfaisait d’un État faible ou inexistantlui Alpha CONDÉ, s’efforce avec un succès indéniable, de faire de notre pays, un Etat patrimonial pour son compte personnel.

EXEMPLE : La Guinée-maritime, plus précisément le KAKANDÉ, ARAPONKA et le TABOUNSSOU (BOKÉ, BOFFA, et DUBREKA) sont presque privatisés. L’accès à ces régions est impossible aux Citoyens ordinaires, sans autorisation expresse délivrée par M. Kassory FOFANA, un des principaux PILLEURS miniers dont le véritable chef est Alpha CONDÉ lui-même. Il faut préciser ici que dans les régions citées plus haut, toutes les sociétés minières, à part la C.B.G., sont la propriété de l’« opposant historique », par CAPTATION.

La gouvernance de l’« opposant historique » peut être caractérisée sans exagération par : une incapacité à présenter aux guinéens le moindre projet susceptible de profiter au plus grand nombre, un grand laxisme dans la gestion courante du pays, une prévarication endémique, et une criminalité galopante, sans parler d’insalubrité devenue permanente.

Conséquences : malgré d’immenses potentialités en tout genre dont leur pays est doté, les Guinéens vivent toujours dans des conditions sanitaires qui ne sont comparables qu’à celles qui prévalaient dans l’Europe du XIXe siècle. Et pour cause, nos irresponsables n’ont jamais voulu prendre la mesure de l’impact funeste de l’insalubrité de nos villes sur la santé de nos compatriotes (épidémies, décès…).

Cet état d’insalubrité continue de défrayer la chronique. Il est vrai que le phénomène n’est pas nouveau, mais s’est amplifié avec l’arrivée au pouvoir de l’aigrefin historique qui n’a qu’une idéologie et, une seule passion c’est le pouvoir personnel et la cupidité. Le reste ne l’intéresse pas. Cela dépasse parfois les limites d’une morale raisonnable.

L’Homme et son environnement

L’épidémie de la maladie à virus Ébola qui fit plus 11 mille morts en Afrique de l’Ouest nous a douloureusement prouvé que nous n’étions pas à l’abri de virus surgis de l’ombre semant la terreur, car notre ENVIRONNEMENT n’est que trop favorable à l’émergence de nouveaux agents viraux ou bactériens.

L’assainissement pas seulement de la capitale, mais de tout le pays aurait dû être décrété priorité nationale depuis bien longtemps. Mais notre fameux « leader historique » a des préoccupations qui sont à l’opposé de celles des guinéens qui croulent sous le poids des ordures ménagères qui ont envahies toutes les rues de la capitale, des villes de l’Intérieur du pays, et des marchés.

Le plus dur n’est pas forcement derrière nous comme veulent le faire croire nos mafieux qui, cherchent constamment à cacher les réalités ou les pervertir en niant les faits et, brossant des tableaux reluisants pour essayer de séduire d’hypothétiques investisseurs.

Soigner l’Homme oui mais aussi soigner son environnement.

Nous n’existons pas sans notre environnement. On dit souvent qu’un être humain en bonne santé est un trésor et qu’un écosystème en bonne santé est aussi un trésor inestimable. Ils sont précieux par eux-mêmes et participent de la pérennité du tout ; d’où le concept D’ENVIRONNEMENT DURABLEfigurant en bonne place dans les objectifs du millénaire à atteindre pour le développement adopté en 2015.

Notre hargneux aigrefin n’a aucune politique environnementale

En matière d’environnement comme de santé, le seul remède efficace c’est LA PREVENTION. Or, nos mafieux locaux happés par les cercles vicieux de corruption délivrent des permis d’exploitation de nos richesses naturelles aux lobbies miniers et forestiers du monde. Et pour cause, il leur faut toujours plus de fric.

Le ridicule ne tue pas serait-on tenté d’écrire en lisant le TWEET du sieur Condé disant que : « Nous avons obligation de protéger notre environnement », alors qu’il en est le premier saccageur.

Depuis 2010 notre pays est livré à des mafieux de tous horizons qui le saccagent dans la plus parfaite impunité.

  • La région forestière est livrée à une mafia chinoise « LA FORET FORTE » et aux lobbies miniers internationaux qui la saccagent en toute impunité. Détruisant son écosystème avec la bienveillance protectrice de Diènè Kaba Condé la Première Dame.
  • En Basse-Guinée l’exploitation minière est ce que mon ami Sy Savané avait qualifié dans un de ses articles : L’économie du CHAOS.L’exploitation effrénée de la bauxite par « LA SOCIETE MINIERE DE BOKE (SMB) n’a aucune retombée tangible pour les populations. Bien au contraire, elles sont chassées de leurs TERRES ancestrales. Elles ne peuvent plus cultiver, et se clochardisent dans les villes, notamment à Conakry. C’est un aspect de l’« économie du chaos ». Les dégâts provoqués sont incommensurables sur la santé des populations et, de l’environnement. Les paysans spoliés de leurs terres sont disponibles pour toutes les aventures, y compris les plus contestables. Ainsi, on voit prospérer certaines confréries religieuses absolument étrangères aux coutumes et traditions des populations de Boké, Boffa…C’est une autre illustration de l’« économie du chaos » dans un futur proche. Aujourd’hui, même le reste des arbres fruitiers manguiers et orangers ne produisent plus à cause de la poussière qui se dépose sur les feuilles. Nous ne sommes donc pas à l’abri d’une famine dans cette région.

– En Haute Guinée l’exploitation sauvage et clandestine de l’or notamment à Siguiri a dévasté la savane par l’usage massif et généralisé de métaux lourds (plomb, arsenic…), et pas seulement par les petits chercheurs d’or.

– LA FORET DE KAKIMBO : autrefois classée PATRIMOINE NATIONAL, ce poumon de Conakry a vu sa superficie passée de 117 hectares à 20 hectares par la cupidité de certains élus locaux et des cadres véreux du département de l’aménagement du territoire qui ont morcelé ce patrimoine national en parcelles d’habitation.

Conakry ville poubelle et dépotoir de déchets toxiques

http://www.224digitalmedia.com/wp-content/uploads/2017/07/insalubrite-conakry1.jpg 480w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px">

On peut dire qu’en Guinée une catastrophe écologique en cache toujours une autre. Dans cette Guinée en pleine chienlit, devenue une zone de non droits, un haut lieu de trafics en tous genres, où les GRATTES CIEL à 8 étages de M. Alpha Condé bâtis au milieu des taudis submergés par des montagnes de déchets, un autre danger plane sur notre pays. Il s’agit de l’importation frauduleuse de déchets toxiques par la camorra guinéenne.

Il vous souviendra qu’en février 1987 des déchets toxiques avaient été enfouis aux ILES DE LOOS. Officiellement il s’agissait de 14 500 tonnes de « matières premières pour la fabrication de briques ». En réalité, les fameuses matières premières n’étaient que des déchets toxiques entreposés dans les cales du bateau depuis près d’un an et dangereux pour l’environnement qui avaient trouvé acquéreur.

La vigilance s’impose donc. Car, la forêt de Kakimbo est un lieu propice pour l’enfouissement d’autres déchets toxiques. Mais nos mafieux nous diront toujours que ce sont des matières premières pour la fabrication d’engrais en vue d’atteindre l’autosuffisance alimentaire pour faire de la Guinée un pays émergent.

Pourtantc’est connu de la maladie généralisée au chaos social et économique, il n’y a pas loin.
Nous avons aimé Ébola, nous adorerons la Peste, l’autre péril qui frappe à nos portes.

Ne nous voilons pas la face, nous vivons dans une ère de nouveaux risques sanitaires. Des nouvelles terreurs arrivent, d’anciennes se réveillent, bien plus dangereuses que des armes de destructions massives.

Toutes les conditions sont réunies pour une épidémie de peste en Guinée. Et pour cause Conakry vitrine de notre pays, est un gigantesque bidonville édifié sans aucun plan d’urbanisme, ni égouts, ni hygiène. Un ruisseau, au milieu d’une rue évacue ordures et excréments. L’approvisionnement en eau potable et en électricité est problématique. Les belles corniches d’antan, les terrains vagues, les marchés, les places publiques, les plages sont de véritables dépotoirs d’ordures faisant la joie des mouches, des moustiques, des rats et des souris, véritables vecteurs de maladie.

Le cholera y sévit de façon endémique depuis que le complot fut permanent. Inutile de s’y attarder.

LA PESTE : sa simple évocation fait frémir. Cet effrayant fléau d’autrefois, extrêmement contagieux a été relégué par d’autres peurs au fond de l’inconscience collectif. Il n’empêche que son germe est toujours là. Dès que les conditions s’y prêtes il réapparait et parfois donne lieu à des épidémies certes limitées. Elle est véhiculée par la puce du rat et tue parfois les trois quarts des populations qu’elle affecte.

La meilleure façon de lutter contre la maladie dans les zones endémiques, c’est l’ASSAINISSEMENT DU MILIEU. C’est possible et facile dans les pays développés. Mais ça l’est beaucoup moins dans les pays à l’hygiène précaire et aux systèmes de santé dans un état de dégénéresescence et décrépitude sans commune mesure comme le nôtre.

http://www.224digitalmedia.com/wp-content/uploads/2017/07/insalubrite-conakry2.jpg 540w, http://www.224digitalmedia.com/wp-content/uploads/2017/07/insalubrite-conakry2-169x300@2x.jpg 338w" sizes="(max-width: 400px) 100vw, 400px">

DE LA GESTION CHAOTIQUE DES EPIDEMIES AU PLAN MARSHALL.

« Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument », parait-il. À se pencher de plus près sur le mode de gestion de la Guinée, l’aphorisme se vérifie. Pour le sieur Condé, tous les moyens sont bons quand il s’agit de se procurer de l’argent : captations financières, pillages des ressources naturelles, crimes crapuleux, mensonges éhontés … J’en passe et des meilleurs. La lutte contre les innombrables problèmes de santé qui se posent à notre pays passe certes par la lutte contre la pauvreté ce qui signifie une amélioration du niveau de vie des populations, mais aussi par la lutte contre l’impunité, la prévarication et la corruption.

Mais comment y parvenir dans ce pays où depuis que le complot fut permanent, toutes les calamités sont devenues permanentes ? La tyrannie, l’impunité, les massacres, la corruption, la prévarication, la terreur, la violence, la médiocrité, les règlements de comptes, l’irresponsabilité érigée en mode de gouvernance sur fond de mensonge et, maintenant d’insalubrité et tout ce que cela comporte de néfaste pour la bonne santé des guinéens sont devenus endémiques et récurrents.

La gestion des épidémies dans notre pays est sidérante d’irresponsabilité.

Nous payerons encore longtemps l’incurie de nos dirigeants dans la gestion des épidémies qui ont toujours frappé notre pays devenu la PATRIE DES CALAMITES PERMANENTES.

Lorsqu’il y a épidémie, ce qui importe ce ne sont pas les déclarations tonitruantes, insensées, comme ce fut toujours le cas. Il vous souviendra que lors de la première épidémie de choléra, Sékou Touré avait péroré qu’il n’y avait pas de choléra en Guinée, et que le choléra c’était l’impérialisme. Pourtant dès la première attaque cardiaque, il était parti en catimini se jeter dans les bras de l’impérialisme YANKEE pour tenter de se sauver. On connait la suite. N’empêche depuis le choléra sévit de manière endémique.

Le syli qui pensait avoir une santé de fer ignorait très probablement, comme l’a dit Jacques Prévert : « on a beau avoir une santé de fer, on finit toujours par rouiller. »

Autre temps, autre tyran, autre cynisme, autre irresponsabilité serait-on tenté d’écrire. Soyons honnête l’aigrefin historique est un tyran vadrouillard en plein égarement qui a perdu tout sens des réalités dans lesquelles il vit.

Depuis 2010, ce pouvoir comme le disait Jean Baudrillard : « ce pouvoir n4existe que comme un simulacre ». Tout n’est que bobards et improvisations. C’est pire que les pieds nickelés qui eux au moins avaient un projet d’envergure.

Lors de l’épidémie d’Ébola qui plongea toute la Sous-Région Ouest africaine dans une détresse jamais égalée, tout se passait comme si M. Alpha Condé et ses hommes favorisaient sciemment la propagation du terrible virus pour des raisons inavouées et inavouables. Que n’a-t-on entendu ?

  • D’abord, il nous dit que « le virus à l’Ébola doit être une opportunité. »
  • Ensuite sur RFI il déclare que « La situation est préoccupante, mais pas catastrophique, c’est MSF qui exagère la situation pour des besoins de fonds. » Conséquence dramatique d’une telle incurie une équipe de sensibilisation est lynchée en région forestière par une foule en colère.
  • Et, toute honte bue, il déclare : « Après Ébola, il faut un PLAN MARSHALL pour la Guinée et ses voisins ».

En réalité, depuis 2010 notre fameux « leader historique » est pris d’une FOLIE PREVARICATRICE ET CORRUPTRICE sans commune mesure.

Dans l’atmosphère méphitique actuelle, même si on votait ce plan Marshall pour sortir notre pays de son insalubrité actuelle, on n’y arriverait pas parce que la volonté politique n’existe pas. Plutôt que de demander un plan Marshall, qu’il ramène les sommes colossales détournées pour les réinvestir pour le bien être des guinéens!

La population est en droit de se demander où sont passés les 25 millions de dollars offerts par la SAG, mais aussi les 700 millions de dollars de Rio Tinto, les 15 millions de $ de AREBA, les 4milliards de francs CFA en plusieurs devises saisis par la douane sénégalais ? On peut aussi et à juste titre se demander comment ont-été dépensés les 56 Millions de dollars prêtés par Sassou, les 25 millions de PALADINOS et enfin les 50 millions de dollars alloués par Dos Santos ?

Ces chiffres donneraient le vertige à n’importe quel banquier averti. Cette manne financière qui aurait dû servir à la création des structures de base pour le bien être des guinéens est placée dans les paradis fiscaux des Virgin Island, de Singapour, de Hong-Kong, de Macao et Dubaï.

La gouvernance toxique de M. Alpha Condé est aussi mortifère que le virus à l’Ébola et la Peste réunies.

Nous ne pouvons donc attendre de M. Alpha Condé qu’il débloque la situation puisqu’il est lui-même le problème. Nous n’avons d’autre choix que de précipiter la chute de système nuisible. Car, l’aigrefin historique est très avancé dans son entreprise de démolition de notre pays.

Dr Abdoul BALDE, (France) 
Pour www.nlsguinee.com

Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs, www.nlsguinee.com n'est pas responsable de leurs contenus.

 
 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir